À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Vivre ensemble, travailler ensemble

Je me réjouis du succès  du Sommet du Vivre-Ensemble de Gatineau eu égard à la diversité culturelle. 

Je me permets de formuler le souhait que la Ville de Gatineau consacre autant d’intérêt et d’effort à favoriser le vivre ensemble et travailler ensemble avec les Québécois de souche eux aussi soucieux du mieux-être pour tous les citoyens et citoyennes du Grand Gatineau. 

On se pose des questions sur le match opposant l’ombudsman à la Vérificatrice générale.

André Defoy, Gatineau


Sauvegarde ou extinction ?

Le film La terre vue du cœur avec Hubert Reeves est un cri du cœur qui s’adresse à chacun d’entre nous mais aussi à nos élus. 

C’est un must pour nos politiciens, parce que sans volonté politique, il est trop tard pour sauver la planète. 

Le film fait preuve d’un parfait équilibre entre le désespoir devant la situation actuelle et l’espoir face à l’avenir, mais nous balançons présentement sur un pivot critique. 

De quel côté allons-nous basculer ? Selon Reeves, ça pourrait être autant du côté de l’extinction que du côté de la sauvegarde de l’espèce humaine.

Henriette Levasseur, Gatineau


Rien à faire comme citoyen

J’ignore s’il existe encore des citoyens pour croire que l’on atteindra les timides objectifs de l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement planétaire en dessous de 2 °C. 

J’imagine qu’ils doivent se faire très rares ! Les émissions de gaz à effet de serre (GES), responsables du réchauffement climatique, commencent un peu à fléchir au Canada, mais de façon tellement dérisoire qu’il est même gênant d’en parler. 

Y croire de quelque façon que ce soit relèverait vraisemblablement d’un acte de foi. 

Que puis-je faire comme citoyen pour contribuer à renverser la situation et faire en sorte que l’on adopte les mesures nécessaires pour atteindre ces objectifs ? La réponse est simple : pratiquement rien ! 

Il faudrait être d’une incroyable naïveté pour croire que des citoyens dans une « démocratie participative » aient un quelconque pouvoir, surtout contre les forces de l’argent représentées, dans le présent cas, par les multinationales du pétrole sale.

Bruno Marquis, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Le niveau de sécurité demeure inchangé à Ottawa, au lendemain de de la mort de dix personnes dans les rues de Toronto. Vous sentez-vous en sécurité dans les rues de la capitale ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.