À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Merci pour le boisé !

Nous tenons à exprimer nos remerciements au maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, pour sa décision d’arrêter le processus de vente du précieux boisé de protection et d’intégration situé au coin de la rue Fraser et du boulevard de Lucerne dans le secteur Aylmer. La valeur écologique de ce boisé est connue et nous sommes convaincus que cette valeur guidera la décision du conseil municipal quant à sa vente éventuelle. 

Le couvert végétal du secteur Aylmer en est la caractéristique identitaire fondamentale. Il offre à Gatineau une richesse naturelle exceptionnelle qui contribue à la volonté de Gatineau de protéger son patrimoine naturel, tel que précisé dans son Schéma d’aménagement révisé. 

Des associations de résidents et des citoyens oeuvrent depuis plusieurs années à protéger et mettre en valeur cette richesse dans leur quartier et dans le secteur. Nous attendons avec enthousiasme la décision du conseil afin de protéger définitivement le boisé Fraser-Lucerne. 

Howard Powles, président,  Association des résidents de Deschênes 

Alain Paradis, président,  Association des résidents de la terrasse Lakeview 

Christiane Thérien, présidente,  Les amis de Wychwood


De l’Asie du Sud-est

Un petit coucou de Vientiane, Laos où je viens de célébrer mes 73 ans. Arrivée en décembre en Malaisie pour un mois, je suis repartie vers la Thaïlande pour un autre mois, puis le Laos. Me voilà prisonnière du coronavirus. On ferme les frontières. Malgré la température de 35 degrés Celsius, je me console à la piscine et en pensant à tous les morts au Québec, que je trouve scandaleux. Au Laos, 19 cas de COVID-19 et aucune mortalité, je ne suis pas pressée de rentrer. Je suis extrêmement heureuse d’avoir parlé avec ma mère qui aura 102 ans en juillet. Dieu merci, elle est dans une résidence pour aînés à Ottawa.

Micheline Lajoie, Vientiane, Laos


Le chalet, des droits 

Les propriétaires de résidences secondaires ont des droits car ils paient des impôts fonciers et scolaires qui contribuent aux coffres des municipalités. Les empêcher de se rendre à leur chalet est un abus de pouvoir. Ils peuvent contrôler et les Ontariens devraient avoir un compte de taxes comme preuve. Au Québec, une psychose s’est installée et des mesures abusives ont été mises en place. Il faut avoir un équilibre entre le bon sens et la sécurité.

Guy Joly, via Internet

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Le Québec va-t-il trop vite avec son déconfinement progressif ? Que risque-t-on ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.