À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Si c’était un pétard mouillé

Si l’accusation de harcèlement criminel contre (le journaliste de Radio-Canada) Antoine Trépanier s’avère en fin de compte un pétard mouillé, j’espère que la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) portera à son tour des accusations contre Yvonne Dubé et contre les autorités policières de Gatineau, trop heureuses peut-être de profiter de la situation pour se venger de « ces maudits journalistes ». De plus, les commentaires du maire de Gatineau me semblent friser l’ingérence politique dans une affaire judiciaire.

René Thibault, Ottawa

Pas au-dessus de tout soupçon

Les journalistes ne sont pas au-dessus de tout soupçon. J’ai fait une carrière dans la fonction publique et j’étais porte-parole pour mon ministère. Dans mes fonctions, j’ai rencontré des journalistes amicaux et aimables. Par contre, il y en avait, malheureusement, qui étaient désagréables. Ils étaient agressifs et ils voulaient me faire dire des choses qui coordonnaient avec « leurs idées ». Ils ont utilisé tous les trucs du métier, tel que des commentaires hors micro, de me traiter de maudit fonctionnaire qui suit les directives des boss, en plus des cameramans qui faisaient des commentaires déplaisants pour me faire sortir de ma zone de confort. Je ne connais pas la présente situation, car je ne connais pas les parties en cause, mais je me demande ce que le journaliste a pu dire pour le mettre possiblement dans le trouble. Il ne dira pas en public et Radio Canada va protéger son journaliste.

René Cardinal, Ottawa

De l’art dans nos hôpitaux

Plusieurs ont la peinture comme passe-temps, et avec le temps, les toiles s’accumulent dans l’anonymat. Pourquoi ne pas égayer l’environnement des malades et du personnel des hôpitaux en y exposant ces toiles ? Couleurs et diversité ne feraient certainement pas de tort au moral. Ces dons pourraient ensuite servir pour une vente aux enchères, une fois par année, pour amasser des fonds pour un organisme de charité. Ça ferait autre chose à regarder qu’un mur sans âme à l’urgence !

Yves Gosselin, Gatineau

***

La question du jour :

Que pensez-vous de la grève des éducatrices en CPE?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com