À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Payé pour nous insulter

Don Cherry s’est montré raciste envers les Québécois et les francophones à de si nombreuses reprises qu’on ne peut les compter. Personne n’a bronché au Canada anglais et CBC, notre télé nationale financée à même nos impôts, l’a soutenu chaque fois en le protégeant. Nous avons donc payé pour nous faire insulter, au vu et au su de tous nos leaders fédéraux. Don Cherry fait maintenant preuve de discrimination envers nos immigrants en les insultant à leur tour. Il perd son poste. 

Cela confirme ce que j’ai toujours observé: le seul racisme permis, sinon encouragé au Canada, c’est celui envers les francophones. Quelque 250 ans n’ont pas suffi pour régler ce problème.

Annie Couture, Ottawa

Se tirer dans le pied

Le bilinguisme au Canada, c’est le français qui prend sa place («Assaut anti-francophone à l’hôtel de ville d’Ottawa», Le Droit, 13 novembre). Le français, c’est notre histoire, notre fierté, notre identité. Le français, c’est l’intelligence, le coeur, l’âme qui se dit, s’écrit, se chante de manière unique, non seulement au pays mais partout ailleurs. C’est la France, l’Afrique, 88 États et gouvernements. C’est la cinquième langue la plus parlée au monde et sur Internet. 

De sa richesse culturelle, le français crée de la richesse tout court. Enduire de francophobie les fesses des citoyens, c’est se tirer dans le pied.

Pascal Barrette, Ottawa

Une autre bonne idée

Il y a quelques jours la CCN et la municipalité de Chelsea annonçaient leur décision de réserver de façon permanente une portion de la promenade de la Gatineau, la «Boucle nord». Cette section sera donc réservé pour les cyclistes, les adeptes de patin et les marcheurs, à compter du printemps 2021. C’est une très bonne idée. 

Maintenant, il faut espérer que, d’ici le printemps 2021, la section du chemin du lac Meech à partir du P8 et passant devant la piste de ski alpin Skyline de Camp Fortune jusqu’à l’intersection du chemin Dunlop soit remise à neuf. Ce bout de chemin de 2,5 km est dans un état pitoyable, pour ne pas dire dangereux.

Michel Massé, Gatineau

***

La question du jour :

Comment expliquez-vous l’explosion offensive de Jean-Gabriel Pageau avec les Sénateurs d’Ottawa?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com