À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le suivi aux excuses

Après les excuses des autorités du CISSSO et des élus que le tout sera corrigé et que cela ne doit pas se reproduire… peut-on avoir autre chose ? Par exemple une liste précise d’actions réellement prises et la date de leur mise en application après ce record provincial des rapports du coroner sur les morts évitables.

Je suis tanné des excuses et des « cassettes » des élus de tout acabit. 

Jean-Guy Dansereau, Plaisance


La tartufferie incarnée

Le ministre (ir)responsable de la Santé ne peut à la fois lancer une opération de contrôle ministériel direct sur la gestion des agences régionales, voire des établissements eux-mêmes, et ensuite se réfugier derrière des prétextes d’« enjeux internes » (Le Droit, 5 décembre) lorsque vient le temps de rendre des comptes à une région aussi mal desservie que l’Outaouais. 

La responsabilité ministérielle est un pilier du régime parlementaire. Un aussi triste palmarès de morts évitables que celui qui a défrayé les pages du journal Le Droit justifierait de rendre des comptes directement aux électeurs de l’Outaouais. Ou prendra-t-il encore une fois le risque de les tenir pour acquis, alors que les épouvantails habituels ne fonctionneront plus au prochain scrutin ?

André Dorion, Gatineau


Sentiment anti-franco

Le maire Jim Waston a toujours refusé que la Ville d’Ottawa soit officiellement bilingue. Les Franco-ottaviens se contentent de services en français qui laissent à désirer. Il a déjà refusé une entente avec les services ambulanciers de Prescott-Russell et il vient d’approuver le méga-refuge de l’Armée du Salut à Vanier. Encore une fois, les Francos écopent. 

Pourquoi ne pas construire ce méga-refuge dans l’ouest d’Ottawa ? Car lui et certains conseillers sont des défenseurs de l’ouest. Aux élections municipales de 2018, les Franco-ottaviens devraient  peut-être y penser avant de voter ?

Line Branchaud, Embrun

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Diffusé hier soir, qu’est-ce que le documentaire «Bye» sur la cyberdépendance peut changer ? 

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.