À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Nécessaire coup de barre

L’éditorial «Lac-Mégantic: un fardeau à partager» (Le Droit, 20 janvier) portant sur la tragédie du Lac-Mégantic, d’autant plus impardonnable parce que si facilement évitable, est un petit bijou d’analyse qui ramène en plan les éléments de cause et les met en perspective. 

Les fondamentalistes (les Reagan, Thatcher, Paul Martin, Harper et Couillard) du démantèlement de l’État et de sa capacité de livrer en notre nom le bien commun en sont les grands architectes. Les propriétaires et les lobbys autant des chemins de fer que des pétrolières et des autres produits dangereux, friands de « couper les coins » pour se remplir les poches, en sont les maîtres d’œuvre; ils doivent en payer le prix juridique et financier. Ce qui est en effet le «Déficit Lac-Mégantic» doit être remboursé. 

Ce qui me renverse, c’est que ni Justin Trudeau ni Philippe Couillard n’aient encore annoncé le financement de la construction de la voie de contournement de la voie ferrée. Et ce dans le contexte de la perte éhontée de 47 vies, des souffrances quotidiennes des survivants et du maintien à risque élevé des résidents. 

M. Trudeau, dissociez-vous de l’indéfendable. Vous avez dit au maire de Québec Régis Labeaume qu’il y a des centaines de millions de dollars pour l’infrastructure. Prenez-en donc une poignée pour rendre justice à toutes ces vies écorchées de Lac-Mégantic. Aujourd’hui!

Pierre LeBlanc, Ottawa

Et pour les endeuillés?

C’est malheureux que 47 personnes aient perdu la vie et que personne n’en ait tenu responsable. Par contre, les accusés (qui ont servi de boucs émissaires) avaient une certaine responsabilité de ces 47 décès de part leurs fonctions mais n’étaient pas les seules et vraies responsables. Ce sont le gouvernement fédéral et la compagnie Montreal, Maine & Atlantic.

Le gouvernement est un intouchable mais il doit revoir les règles de sécurité liées au transport ferroviaire et l’établissement d’une voie de contournement, tandis que la MMA a déclaré faillite.

Quelle est la suite maintenant pour les familles endeuillées et les citoyens de Lac-Mégantic?

Eddy Fréchette, Gatineau

***

La question du jour :

Jean-Bernard Rainville n’est plus : quels souvenirs son nom évoque-t-il?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com