À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le prix à payer

Michaëlle Jean devrait recevoir un deuxième mandat comme secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. Mais la géopolitique ne lui donnera pas ce privilège. En plus de la juste analyse de l’éditorialiste Pierre Jury («Larguée avant le début...», Le Droit, 10 octobre), elle est la victime de l’ancien gouvernement conservateur. Nous avons perdu notre place au Conseil de sécurité de l’ONU parce que ce gouvernement avait délaissé les pays africains. 

Si le gouvernement actuel veut ravoir ce siège stratégique, nous devons sécuriser ces votes. Les pays africains veulent revoir une Africaine à la tête de l’OIF. Le prix? Michaëlle Jean. C’est malheureux.

Lucien Bradet, Ottawa

Le rôle du fédéral

Je tiens à féliciter Linda Cardinal, François Larocque et Soukaina Boutiyeb pour leur mémoire (LeDroit, 6 octobre) rappelant au fédéral sa responsabilité d’aider la Ville d’Ottawa à devenir une ville où les deux langues officielles ont vraiment leur place. Comme il est si bien écrit, « c’est au tour du fédéral d’assumer ses responsabilités et de jouer son leadership avec les autres ordres de gouvernement pour s’assurer que le bilinguisme est reflété dans la capitale ». 

Dialogue Canada appuie fortement cette initiative et demeure toujours prêt à aider pour créer une culture de bilinguisme pour Ottawa, la capitale du pays. 

Trèva Cousineau, Présidente, Dialogue Canada

Des plaintes, pas de résultat

Cet été, mon épouse est passée par tous les dédales qui font défaut au CISSS à l’hôpital de Gatineau. J’ai dénoncé les situations inhumaines auxquelles nous avons été confrontés. Malheureusement, mon épouse a perdu son combat, mais cela ne doit plus se reproduire. J’ai envoyé des courriels au Commissaire aux plaintes. Je ne voulais que décrier les situations. Mais quelqu’un de ce bureau m’a encouragé à formuler des plaintes. Alors je me suis exécuté. Erreur. 

La conclusion : «Après étude des plaintes, il n’y a pas matière à apporter des corrections... le dossier est clos.» Et moi qui ne voulait que faire valoir mon mécontentement... 

Jean Roy, Gatineau

***

La question du jour :

La CAQ lâche du lest et pourrait reconnaître des «droits acquis» aux enseignantes visées par une éventuelle Charte des valeurs. Qu’en pensez-vous?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com