À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le bilan du maire

Maxime Pedneaud-Jobin, le maire de tout le monde ?

Pas pour l’est de Gatineau. Qu’en est-il de l’environnement, de la pollution par le bruit, de la pollution atmosphérique à son maximum lors de spectacles aériens des mois d’août et septembre dernier ? 

Les dérogations récentes de règlements de la Ville de Gatineau en cette matière en disent long sur la perception de Gatineau sur notre environnement. C’est prouvé, les avions sont champions de la pollution. 

Les bottines ne suivent pas les babines...

F. & N. Dupuis, Gatineau

***

Bouffée d’air frais

Les récents propos de la Dre Julie Lockman apportent une bouffée d’air frais et nous invitent à une réflexion lucide sur les causes des problèmes réels de la francophonie canadienne et ceux de l’Ontario français en particulier.

L’élite franco-ontarienne se contente souvent de victoires symboliques et adhère trop facilement au mythe du bilinguisme canadien. Malheureusement on préfère aussi tirer sur les méthodes d’une messagère comme Denise Bombardier en évitant de regarder de près la situation réelle des francophones du Canada. 

De plus on nourrit la légende de l’indifférence traditionnelle des Québécois vis-à-vis des francophones du Canada. 

Pourtant leur solidarité dans le dossier de l’hôpital Montfort, l’appui du gouvernement du Québec, du Fonds de solidarité et de nombreux organismes et citoyens démontrent le contraire. 

Ce fut encore le cas récemment avec l’Université de l’Ontario français.

Dans le cas de Montfort, on a crié victoire, mais baissé la garde trop rapidement, car son développement risque de se faire au détriment de l’objectif de la lutte des Franco-Ontariens qui est de se donner un hôpital de langue française. 

L’Ontario a mis de côté la confrontation et a adopté une stratégie d’occupation en y installant à coup de subventions de nouveaux services destinés aux aînés, aux femmes enceintes et aux militaires. La question linguistique apparaît alors secondaire.

Denis Carrier, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Il existe un projet de reboisement du secteur urbain d’Aylmer avec 1200 nouveaux arbres : qu’en pensez-vous ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.