À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Étonné de leur étonnement

Je suis tombé en bas de ma chaise quand j’ai lu que les députés libéraux de la région n’étaient pas au courant que ç’a allait mal au CISSSO. (Des critiques qui étonnent Vallée, Le Droit 4 avril 2018). 

Wow ! Plus déconnecté que ça, tu meurs. J’y ai œuvré depuis 1996 et depuis la première fusion d’établissements, sous l’ère Charest, les soins n’ont cessé de se détériorer. Le personnel est à bout de souffle depuis plusieurs années et nos valeureux libéraux n’auraient rien entendu? 

Seraient-ils tous et toutes de la famille des autruches? Je dois admettre que leur plan fonctionne à merveille. Saboter le système de santé en gelant (ou presque) les salaires à chaque renouvellement des conventions collectives, en coupant le personnel et en augmentant leurs tâches. 

Ajoutez à cela un méga centre de soins de santé pour que des décisions efficaces se prennent et vous avez tous les ingrédients pour mener à une privatisation sous prétexte d’incapacité de livrer les soins, un peu comme cela s’est fait récemment pour les soins à domicile de Montréal et Laval. 

Marc Morin, Gatineau


Pas de parcs pour moi à Gatineau

Tout comme M. Gilles Boileau le mentionnait (Ça commence à faire !, Le Droit, 5 avril 2018), je ne fréquenterai plus les parcs de Gatineau. J’aimais bien m’y arrêter et m’asseoir sur un banc pour me reposer un peu quand je faisais mes marches, mais la Ville vient de m’interdire l’accès à nos parcs. 

Il m’arrivait fréquemment d’y rencontrer des gens et l’on piquait une bonne jasette avant de repartir, chacun de notre bord, et continuer nos marches. 

Ayant été mordue à trois reprises par de « gentils » chiens, vous pouvez vous imaginer la crainte que j’aurai quand les chiens pourront circuler librement, sans laisse. Je ne comprends pas que la Ville accorde plus d’importance aux chiens qu’elle n’en accorde à ses citoyens qui, pourtant, paient des taxes.

Hélène Brosseau, Gatineau

------------------------------------------

La question du jour

Quelles craintes avez-vous de voir la Banque du Canada hisser son taux directeur deux fois en un mois?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.