À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pardon, c’est mon village

Avant de déverser des fonds publics à Old Chelsea pour un projet pensé par des entrepreneurs, Québec serait bien avisé de consulter au préalable la population qui a déjà exprimé sa vision pour son centre-village, lieu de fondement de Chelsea vers 1850 et zone bénéficiant d’une protection patrimoniale.

Le village est très bien pourvu en services touristiques. En tant que porte d’entrée au parc de la Gatineau, nous devons être vigilant car la circulation routière atteint parfois un seuil critique. Les citoyens doivent pouvoir circuler de façon sécuritaire, et avec le développement domiciliaire en cours, notre milieu de vie doit être légitimement préservé. 

Jeanne Dessureault, Chelsea 

***

Bonne ou mauvaise idée ?

Québec investira 500 000 $ dans la construction d’un hôtel dans le Square Old Chelsea – notez bien l’influence francophile – à Chelsea « pour favoriser le développement touristique ». Et quand donc le gouvernement favorisera-t-il Gatineau ? À quand le Musée de l’Outaouais attendu depuis des décennies, depuis la fermeture en 1973 du Musée de l’Outaouais, installé à l’époque dans la Maison Charron ?

Mathieu Lacombe, ministre de l’Outaouais, admet que l’édification de constructions lourdes et imposantes dans le Vieux-Chelsea, voire en remplacement de constructions patrimoniales existantes, en alarme certains, mais il dit « notre rôle, ce n’est pas de dire si c’est une bonne idée ou non ». 

Plus aveugle que ça… 

Louise Dumoulin, Gatineau 

***

Culotté, Carlos Leitao !

Ça prend tout un culot de la part de Carlos Leitao d’affirmer que les finances des familles l’inquiètent. Que voulait-il faire avec les 9 milliards $ qu’il est venu chercher chez les contribuables et qu’il a laissés en cadeau à la Coalition avenir Québec ? Les contribuables étouffent financièrement. 

À sa place, je ferais un examen de conscience avant de parler et je le ferais avec un sac brun sur la tête. Ce serait moins gênant !

Yves Gosselin, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Quatre ans après les premiers déboires du système de paie Phénix, en verra-t-on un jour la fin ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.