À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bonjour Chose !

À la suite de l’annonce du gouvernement fédéral relativement à l’utilisation des mots Monsieur et Madame pour s’adresser aux gens, je suggère l’utilisation du nom «Chose». Il est totalement neutre et remplacerait bien les mots (devenus) offusquants comme Monsieur, Madame, Mon vieux, Jeune homme, etc.

Je peux facilement m’imaginer entrer dans un bureau du gouvernement et me faire dire «Bonjour chose», ou bien «C’est au tour à chose de passer», ou encore «ça me fait plaisir de vous rencontrer, chose !». Enfin, ce qui me rassure, c’est que notre bon gouvernement continue de mettre ses efforts et nos sous pour créer des comités qui se penchent sur ces vraies et importantes questions de la vie: l’interpellation du monde.

Jean Claude Delisle, Ottawa

Desjardins et les régions : l’autre version

À titre de présidente d’une caisse Desjardins de l’Outaouais, je ne partage pas l’opinion de M. Dupuis (Desjardins s’est développé grâce aux régions) qui sous-entend que Desjardins abandonne les régions. Bien au contraire, le Mouvement Desjardins est l’une des seules institutions financières qui contribuent quotidiennement au développement social, économique et culturel de nos régions à travers le Québec.

Il est vrai que cette présence ne se traduit plus forcément par une présence physique, même si 30 % de nos points de service se situent dans des localités de moins de 2 000 habitants. Contrairement à ce qu’il avance, ces décisions ne sont pas prises pour des raisons de rentabilité, mais plutôt pour des facteurs d’utilisation. Les membres et la population en général n’utilisent plus les services traditionnels de leurs coopératives financières, mais effectuent leurs opérations d’autres façons.

C’est pour cette raison que la présence des caisses Desjardins se reflète davantage dans un soutien financier aux projets porteurs issus des milieux. M. Dupuis, si vous vous promenez dans ces municipalités, vous verrez des logos de Desjardins partout: dans les rapports annuels de plusieurs organismes, sur les affiches qui annoncent des événements qui animent nos communautés, ou encore accrochés aux clôtures des terrains de balle, et dans les arénas. Voilà, maintenant ce qu’est la présence nécessaire de Desjardins dans les régions.

Madeleine Vallières, présidente de la Caisse populaire Desjardins de Fort Coulonge

***

La question du jour :

Doit-on s’inquiéter du détournement de renseignements personnels de millions d’utilisateurs de Facebook?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com