À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La mèche courte

À écouter les arguments incohérents et teintés d’agressivité des propriétaires de fusils, l’on comprend à quel point le registre des armes à feu est nécessaire au Québec. 

Marc Rhéaume, Gatineau

***

Déconnecté !

L’éditorial sur le registre des armes à feu, un torchon d’un urbain gauchiste déconnecté !

Gilles Bernier, via Internet

***

Déjà enregistrées

Avec tout le respect que je vous dois, je dois vous dire que les armes à feu de Marc Lépine et d’Alexandre Bissonnette étaient bel et bien enregistrées.

Gaston Mayer, via Internet

***

Tout à fait d’accord

Je suis tout à fait d’accord avec l’éditorial «Enregistrez-vous !» (Le Droit, 31 janvier). Il est tout à fait inadmissible qu’un aussi fort taux de propriétaires d’armes à feu fasse ce qu’ils croient à tort être de la désobéissance civile en refusant de s’enregistrer au registre québécois, enlevé de haute lutte aux politiques de droite de l’ancien gouvernement Harper. Les conséquences criminelles, et les occasions de se faire pincer, n’en valent pas la chandelle.  

J’invite tous les lecteurs horrifiés comme moi des tueries à la Polytechnique ou la Mosquée de Québec d’aller visiter le site Internet de la Coalition canadienne pour les droits aux armes à feu, notamment la partie du site sur les Membres d’affaires de la Coalition. La National Rifle Association américaine n’en fait pas partie, mais son ombre traverse toutes les sections du site. Le Québec se veut une société distincte du Canada, et si ce dernier veut devenir plus américain, qu’il ne nous entraîne pas dans sa perdition violente.

André Dorion, Gatineau

***

Une médaille

Le ministre de l’Agriculture André Lamontagne est allé trop loin en limogeant l’agronome Louis Robert. Je remettrais une médaille de bravoure à M. Robert. Il a fait état à ses supérieurs d’une situation qui me semble être un conflit d’intérêts et rien n’a été fait. On parle tout de même de questions environnementales et de ce que nous trouvons dans nos assiettes et celles de nos enfants. Je préférerais voir davantage de fonctionnaires en son genre.

Paul Philippe, Val des Monts

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Tollé autour de l’islamophobie, après les propos de François Legault et Nathalie Lemieux : qu’en pensez-vous ?

Nathalie Lemieux

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.