À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un heureux dénouement

Longue vie à la Coopérative nationale de l’information indépendante ! Quel bon vent de printemps à travers tant de désinformation, de dissolution de l’information dans le magma nauséabond des « faits alternatifs », des pseudo-infos de tripoteurs de nouvelles invérifiées, in-confirmées ! Bravo à nos vrais journalistes, chroniqueurs, éditorialistes et artisans qui traitent l’information comme leur enfant. Elle l’est, c’est leur bébé, c’est notre bébé. Que Le Droit renaisse du côté nord ou sud de la Grande Rivière importe peu. Comme la rivière au printemps, comme tout parent, il pose ses bras généreux sur les épaules de ses deux rives, de ses deux familles, solidement liées au loin à cinq autres frangins dans l’irremplaçable langue de Jean-Baptiste Poquelin.

Pascal Barrette, Ottawa

***

Le pont des Citoyens

J’ai été heureux d’apprendre dans Le Droit que l’on reconstruira ce printemps le pont pour piétons situé derrière l’Aréna Campeau qui relie au sentier de la Rivière Blanche les résidents situés au sud de cette rivière. Les mesures seront prises, j’en suis sûr, pour éviter qu’il ne soit incendié ou vandalisé de nouveau et qu’il regagne sa belle allure champêtre qui faisait tout son charme pour les randonneurs du coin. Je suggérerais cependant de rebaptiser ce petit joyau de notre patrimoine collectif de manière à le rendre véritablement aux citoyens, de créer ce sentiment d’appartenance qui semble si grandement lui manquer et d’ajouter à son charme. Il pourrait par exemple dorénavant s’appeler, au lieu de pont Brabant-Philippe, le pont des Citoyens, ou encore le pont des Randonneurs.

Bruno Marquis, Gatineau

***

Lemieux devrait démissionner

Je n’ai jamais eu aussi honte d’habiter Gatineau. Heureusement, je ne suis pas dans son quartier. Comment, en 2020, peut-on être aussi déconnecté de la réalité pour encore oser penser que la Terre est... plate ? Nathalie Lemieux dit qu’elle pense à la mairie, mais la majorité des citoyens de Gatineau auront la décence de lui envoyer le bon message, du moins j’ose encore croire au bon jugement de mes concitoyens. De fait, elle devrait démissionner de son poste de conseillère. Allô, la Terre vous appelle, Madame Lemieux !

Christian Laroche, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Les dernières barricades autochtones ont été levées jeudi. Selon vous, est-ce que tout a été fait pour régler cette crise?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.