À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Toujours pas sécuritaire

J’ai la chance ou le risque de circuler sur la route 50 plusieurs fois par mois dans l’exercice de mon travail et ainsi l’occasion de constater l’aspect sécuritaire de cette infrastructure.

Je suis estomaqué d’entendre des candidats de différents partis faire les gorges chaudes sur l’élargissement de cette route prétextant la sécuriser. Je vous mets au défi de conduire sur cette route le soir et surtout sous une pluie, on n’y voit rien! Les lignes délimitant les voies ne sont même pas peintes, et ce, de Lachute à Fassett, ce n’est pas parce qu’on élargirait à quatre voies qu’elle serait plus sécuritaire!

Commençons par entretenir adéquatement les infrastructures existantes et peut-être y aura-t-il moins de décès sur cette artère.

André Lajoie, Gatineau

***

Bravo... euh, non!

Félicitations bien méritées aux élèves et professeurs de l’école secondaire de l’Île qui vont accueillir à bras ouverts, dans un bel exemple d’abnégation philanthropique, les réfugiés de l’école secondaire Mont-Bleu.

Euh! Excusez !... C’est un texte que j’avais rédigé avant les manifestations estudiantines de jeudi!

René Thibault, Ottawa

***

Des ajustements...

Vers la fin des années 1960, mon épouse et moi avons vécu un triple horaire dû à l’agrandissement de l’école secondaire lors de la création des polyvalentes. Nous comprenions tous que c’était dû à des circonstances très particulières. Je me souviens que dans mon cas je terminais à 19 h tous les soirs. On a eu à modifier nos habitudes, c’est certain, mais personne ne s’est senti pénalisé et tous ont bien vécu avec ça! Il faut vraiment réaliser qu’il y a énormément de contraintes que l’on ne connaît pas, mais vivre en société implique des ajustements.

Richard Desrosiers, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Grève à la Société des alcools du Québec : jusqu’à quel point êtes-vous incommodés ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.