À vous la parole

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le Petit Larousse anglophile

Dans mon Petit Larousse français, la légende de la photo illustrant l’entrée «Ottawa» comporte cette anomalie: «Rideau Street». Pourquoi pas simplement «rue Rideau»? Pour tout arranger, on fait suivre le toponyme «rivière des Outaouais» par son équivalent anglais, «Ottawa River». Pourquoi s’être arrêté en si bon chemin et n’avoir pas traduit en anglais «Ottaviens» (les habitants d’Ottawa) et «Musée des Beaux-Arts du Canada»? La capitale canadienne est bilingue, mais je ne croyais pas que mon Petit Larousse l’était. Il faudrait rappeler à l’illustre dico qu’une bonne partie de l’Ontario — qui s’en prend encore farouchement à ses francophones — a été «découverte» par nul autre que Samuel de Champlain et que les Français s’y sont établis avant les Anglais. Le Petit Larousse me semble être victime, à l’instar de la France tout entière, d’anglophilie carabinée.

Sylvio Le Blanc, Montréal

Une excellente nouvelle

Encore une fois, des élèves de 15 ans de partout à travers le Canada se classent parmi les dix premiers au monde en mathématiques, sciences et lecture. Ce test appelé PISA est administré à 600 000 élèves par l’OCDE dans 79 pays et régions. Des villes asiatiques se classent au premier rang, suivies de pays comme la Finlande, l’Estonie et le Canada. Notons que le Québec est particulièrement fort en mathématiques, parmi des Canadiens qui sont eux-mêmes dans les premiers rangs. Alors que les commentaires négatifs pleuvent sur notre système d’éducation, il semble que l’enseignement ne soit pas si mauvais. 

Françoise Houle, Gatineau 

Faire la paix et non la guerre

M. le premier ministre Justin Trudeau, quoi qu’en dise et quoi qu’en fasse Donald Trump, on ne veut pas que vous augmentiez les dépenses militaires du Canada. On veut que le Canada serve à préparer la paix et non à guerre. Pourquoi le Canada ne s’annonce pas prêt à agir plutôt comme médiateur dans les conflits, avec la Norvège, Cuba, la Suisse, le Vatican et la Suède? On pourrait créer une force de frappe pacifique au lieu de militaire…

Gilles Marleau, Orléans

***

La question du jour :

Que pensez-vous de la décision de la Ville de Gatineau de prolonger son contrat avec la firme Derichebourg, critiquée pour ses nombreux retards dans la collecte des matières résiduelles?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com