À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le goût de patiner ?

Vous avez le goût de patiner à Gatineau ? Empruntez les trottoirs.

Pierre Trudel, Gatineau

10 000 caméras !

La Coalition pour le contrôle des armes à feu avait été formée dans la foulée de la tuerie de l’école Polytechnique, le 6 décembre 1989. Créé en 1995 par le gouvernement libéral de Jean Chrétien, sous les pressions assidues de la Coalition pour le contrôle des armes à feu, le Registre canadien des armes à feu vit ses derniers jours. Le coût véritable du registre est de plus de 100 millions $ par année. Ça représente 10 000 caméras pour les autobus scolaires qui sauveront la vie de nos enfants.

S.J. Parent, Gatineau

Sterling à la merci

Nous partageons la frustration du correspondant Paul Bard (« Pas disponible, Le Droit, 8 février), qui affirme ne pas avoir pu obtenir une plaque d’immatriculation en français chez Sterling Ford lors de l’achat de son véhicule. Malheureusement, les concessionnaires sont à la merci des services provinciaux qui souvent ne peuvent pas nous en fournir dans les délais. Le ministère doit redoubler d’efforts pour les rendre disponibles.

Sterling Ford est une entreprise bilingue gérée par une troisième génération de francophones et notre engagement envers les francophones ne date pas d’hier. Nous encourageons nos clients à s’afficher selon leurs convictions.

Christian Soucy, Copropriétaire de Sterling Ford

Valeurs québécoises ?

Lorsqu’on parle de valeurs québécoises, j’éprouve un inconfort. Il y a quelque chose d’essentialiste qui est non seulement faux, mais aussi dangereux. J’ajouterais que dans la proposition d’un test de valeurs pour les personnes immigrantes, il y a une prétention implicite de supériorité. Le Québec s’est doté d’une charte des droits et libertés justement à cause de problèmes d’inégalité et de discrimination. Aujourd’hui il y a des voix qui se lèvent pour remettre en question les droits des minorités au nom des soi-disant valeurs québécoises.

Oui il y a de l’ouverture et de la générosité au sein de la population québécoise, mais il y a aussi de l’intolérance et des préjugés. Nous ne sommes pas différents des autres.

Bill Clennett, Gatineau

***

La question du jour :

Comment avez-vous survécu à cette autre considérable bordée de neige ? Dépit ou réjouissance ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com