À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Qui dit vrai?

Le président du Comité consultatif d’urbanisme, Jocelyn Blondin, maintient que, pour la Ville de Gatineau, il n’y a pas de lien entre le projet de changement de zonage pour le 50-54 Montcalm et un projet avec le gouvernement fédéral: «(Le conseil ne) se prononce pas sur qui occupera le bâtiment. Cette partie-là ne nous appartient pas. Si le gouvernement fédéral ne veut pas s’installer dans ces bureaux, c’est le promoteur qui prend le risque.»

Pourtant dans une réponse sur le caractère précipité des consultations, le Service d’urbanisme et de développement durable a affirmé le contraire: « Les délais demandés par le promoteur sont aussi restreints, considérant un éventuel appel d’offres du gouvernement fédéral. »

Alors qui dit vrai?

Bill Clennett, Gatineau

***
Comme à confesse

En 2014, le vérificateur général concluait que Mario Dion, alors commissaire à l’intégrité, avait « commis des actes répréhensibles en vertu de la loi ».

En 2016, c’est Jody Wilson-Raybould qui était critiquée pour conflit d’intérêts. 

Dès qu’elle fut nommée ministre de la Justice, son mari s’était inscrit comme lobbyiste au profit de compagnies autochtones dont des clients étaient poursuivis par… le ministère de la Justice.

Aujourd’hui, Justin Trudeau est blâmé par Mario Dion, car Wilson-Raybould prétend avoir fait l’objet de pressions indues. 

Ma grand-mère aurait dit, à chacun son tour, comme à confesse.

Mais Trudeau devrait-il vraiment confesser sa grande ouverture d’esprit ? 

Il laisse ses ministres prendre seuls leurs décisions. 

Au besoin, il les éclaire seulement sur ce qu’elles impliquent, ce qui est compréhensible, puisqu’elles sont prises au nom de son gouvernement.

Il aurait pu, comme l’auraient fait Harper, Ford et d’autres dictateurs déguisés, nommer un ministre de la justice docile qui décidera toujours ce que le chef veut. 

Plus besoin alors de risquer les malentendus en l’éclairant sur les implications de ses décisions.

La méthode la plus méritoire n’est-elle pas celle de Justin Trudeau ?

Roland Madou, Ottawa

+
LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous de l'idée du gouvernement Legault d'instaurer un Commissariat à la langue française ?

Que pensez-vous de l'idée du gouvernement Legault d'instaurer un Commissariat à la langue française ?

> Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.