À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bravo, De L’Île !

Nous comprenons les jeunes de l’école secondaire de L’Île et les appuyons lorsqu’ils protestent contre l’horaire imposé. On les traite d’égoïstes. Les jeunes de de l’Île défendent leur point de vue. C’est du courage et de la dignité. Bravo ! Continuez de vous tenir debout, de défendre vos droits et d’exiger le respect.

Nous sommes nés dans le Vieux Hull. Ce n’est pas la première fois que nous voyons les bien-nantis au pouvoir mépriser les résidents de « notre » secteur.

Pierrette Gaudreau, La Pêche et Michel Gaudreau, Gatineau

***

Une équipe sans pareil !

Nous levons notre chapeau aux enseignants, aux employés et à la direction de l’École secondaire Mont-Bleu. Récupérant ses choses de son casier à la suite de la tornade, notre fils de 15 ans a expliqué comment il avait été si bien accueilli au centre Asticou. Son directeur, M. Ménard, l’a rassuré que la situation était entre bonnes mains. Il a décrit comment les enseignants l’ont bien reçu avec un grand sourire, et que chacun avait hâte de le revoir à nouveau mardi prochain.

En tant que parents, nous témoignons du leadership exceptionnel de cette école ainsi que sa force, sa gentillesse, sa résilience et son esprit de corps alors qu’elle doit se rebâtir. Mont-Bleu est clairement unie. Merci de faire preuve d’un si bel exemple pour nos enfants en étant empathique, à réduire l’anxiété et en étant bienveillante face au bien-être des élèves en cette période de crise. Elle est une institution scolaire hors pair, la communauté vous en remercie profondément.

Julie Cafley et Luc Poulin, Chelsea

***

Traiter la narcomanie

L’hôpital de Gatineau vient en aide à la dépression, à la schizophrénie, à la bipolarité, etc. Ils ne sont pas équipés pour faire face à la narcomanie. Le traitement psychologique est inutile. Des infirmières se font cracher au visage par des patients intoxiqués. Ça devient de plus en plus dangereux. Vous voulez ouvrir un nouvel hôpital ? Équipez-le d’une équipe multidisciplinaire pour traiter la narcomanie.

Jean-Denis Lafontaine, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

En Ontario, la carte santé incluera une mention sur la langue de préférence du détenteur : bonne ou mauvaise idée ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.