À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les vélos, pas des autos !

Beaucoup d’intervenants se plaisent à mettre en opposition les utilisateurs de vélo et de voiture. Quelques fois sur des bases de comportement. D’autres fois sur des bases d’infrastructure ou encore sur l’allocation de budget. Que nous marchions, utilisions un vélo ou une voiture ou empruntions les transports en commun, nous sommes tous des utilisateurs du réseau routier. Nous ne sommes pas tous, par contre, de force égale. L’emphase d’aujourd’hui est de sécuriser et de protéger le piéton. Pour ce qui est du cycliste… on n’est pas tout à fait rendu là ! Pourquoi ? Peut-être que sécuriser et protéger les plus vulnérables n’est pas la bonne solution. Peut-être que la bonne solution serait de faire prendre conscience aux usagers de la route qui se trouvent en position de force, qu’ils sont au volant d’une arme redoutable et qu’il leur incombe de faire attention aux plus vulnérables. Plus nos rues deviendront sécuritaire, plus il y aura de gens qui opteront pour le vélo pour se rendre au boulot, ce qui se traduira par moins de congestion. En reconnaissant notre position de force par rapport aux autres usagers et en prenant soin des plus vulnérables, nous serons tous gagnants.

Bernard Hurteau, Gatineau


Un débat acrimonieux

Le correspondant de l’article « L’état des routes à Gatineau », paru jeudi, est convaincu que le maire de Gatineau aime mieux les sentiers cyclables que la qualité du réseau routier. Je ne crois pas que ce point de vue reflète la réalité. Reste que ces discours divergents présentent un réel défi pour la Ville, qui doit faire mieux pour assainir le débat. La Ville doit mieux communiquer ses intentions en matière d’entretien des routes et de développement des infrastructures pour vélos. Sinon, ce débat acrimonieux ne mènera à rien.

Raymond Carrière, Gatineau


Obliger le port de la veste

Il y a déjà eu plusieurs décès de pêcheurs ou de plaisanciers sur des plans d’eau. Je me demande combien auraient eu la vie sauve s’ils avaient porté une veste de flottaison. La loi exige la présence d’une telle veste dans l’embarcation, mais elle n’exige pas de la porter ! Que font nos gouvernements à ce sujet ?

Clément Bonin, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous du projet pilote d’éducation sexuelle à la maternelle ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com