Roch Cholette

À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Quelques bémols

L’éditorial « Le choix : Cholette ou la censure ?» (Le Droit, 2 février) est éclairant à plusieurs égards. Mais quelques bémols paraissent essentiels à la compréhension de ce cirque entre les élus municipaux et Roch Cholette.

Il existe une façon respectueuse et responsable de faire du journalisme en 2018. Écoutez Michel C. Auger, Isabelle Richer, Marie-Maude Denis et l’équipe d’Enquête ; l’intelligence et la rigueur sont indispensables. Pas la manière Cholette. Il est le plus proche parent de la radio poubelle.

Je m’ennuie souvent de CJRC 1150 à l’époque, ça avait plus de classe. Le 104,7 dérape tranquillement depuis plusieurs années, c’est criant et désolant. Et le refus des journalistes de la station de questionner sa conjointe et ministre de la Justice, Stéphanie Vallée n’est-il pas un exemple de censure et de désinformation de la part du 104,7 ? 

Roch Béland, Gatineau

Le respect...

Pas besoin de radio poubelle pour avoir un bon débat. Ce n’est pas de la censure que de respecter son invité. Le respect ne nous empêche pas d’émettre notre point de vue.

Sylvie Houle, Gatineau

On ne musèle pas

Je ne partage pas toujours les opinions et surtout les méthodes de Roch Cholette, je respecte le fait qu’il dit tout haut ce que parfois bien des gens pensent. Le Droit a raison de dire que le maire et les élus n’ont qu’à refuser d’aller à son émission. La population est assez intelligente pour savoir lorsqu’il s’agit d’exagération au nom des cotes d’écoute. On ne peut museler quelqu’un parce qu’on n’aime pas son style ou ses propos... n’est-ce pas cela la liberté d’expression ?

Denise Hupé, Gatineau

Un abus de la tribune

Roch Cholette peut abuser de sa tribune. Il est complaisant envers ses amis. Il y a un monde entre commenter et teinter les faits pour convertir. Alerter le peuple sur les exactions de nos élus est bien, mais cela s’applique aux faits avérés et non aux gens. 

Jouer à la vedette est une chose, le respect des autres en est une autre.

Des journalistes et chroniqueurs sont nettement plus compétents et honnêtes que d’autres. Cela nous permettait de faire la différence. Merci de réfléchir à cette avenue. On n’est jamais tout seul à avoir raison.

Germain Comeau, Gatineau

Il se sert de son micro

J’appuie entièrement la démarche du maire Maxime Pedneaud-Jobin et de son conseil de boycotter l’émission Solide comme le Roch. J’ai eu un litige personnel entre Roch Cholette concernant Hockey Outaouais. Il se servait de son micro pour régler ses comptes avec moi. J’ai ignoré ses demandes d’entrevues. Être en désaccord ne lui donne pas le droit de s’en prendre à la personne au lieu de son opinion. Argumenter ne permet pas d’attiser les polémiques, une fois l’entrevue finie, mais qu’il continue de déblatérer sur quelqu’un. Chercher la vérité ne justifie pas de coincer l’invité en martelant les questions sans écouter les réponses, comme il le fait.

Enfin, laisser un animateur dépasser les limites n’est pas digne des dirigeants du 104,7 FM. Le sensationnalisme est bon pour les cotes d’écoute, mais la ligne est mince entre sensationnalisme et radio poubelle.

Mario Lemery, Thurso

Derrière le maire

Je suis 100 % derrière le maire de Gatineau. Ça ne prend pas une grande analyse pour cerner le personnage et ses biais. Je me souviens d’un extrait sur Place des peuples et c’était franchement imbibé de mauvaise foi. 

Quant à savoir si la décision des élus est la bonne... imaginons la situation inverse. Si les sympathies de Roch Cholette penchaient vers ceux qu’il condamne habituellement, serait-il encore en ondes ? 

Poser la question c’est y répondre.

Darquis Gagné, Gatineau

Il dépasse les bornes

Roch Cholette dépasse la liberté d’expression lorsqu’il s’attaque à des personnes. Il refuse le titre de journaliste afin de transgresser leur code d’éthique. Il déforme les faits, répend de fausses nouvelles et divise la population au lieu de bâtir des ponts. 

Henriette Levasseur, Gatineau

Le respect de soi

Contrairement à l’éditorialiste Pierre Jury, je considère que le refus d’une majorité des élus à donner des entrevues à Roch Cholette est une position très acceptable. L’animateur a toujours considéré que les personnes qui lui refusaient une entrevue manquaient de courage. On remet maintenant les pendules à l’heure. Accorder une entrevue à une personne qui te manque de respect, c’est ne pas se respecter soi-même. La refuser, c’est affirmer avec justesse que c’est lui le problème.

Bill Clennett, Gatineau

Pas de la censure

Les politiciens qui refusent d’aller à Tout le monde en parle font-ils de la censure ? Guy A. Lepage donne son spectacle comme Roch Cholette. Le droit du public à l’information n’est pas le droit de connaître ses opinions !

Refuser les invitations de M. Cholette au 104,7 FM ne constitue pas de la censure.

Gilles Desruisseaux, Gatineau

Félicitations au maire

Il était temps que la malhonnêteté, la démagogie et les mensonges de cet animateur, qui se sert de son micro pour mépriser tout un chacun, sauf lui-même, bien sûr, soient dénoncés aussi clairement et publiquement. Avons-Une radio poubelle à Gatineau ? Non !

Christiane Thérien, Gatineau

Toujours agressif

J’ai vu grandir Roch Cholette en Outaouais : toujours aussi agressif ! La vérité peut déranger à Gatineau. Enfin, parle en mal, parle en bien... mais parle de moi ! Bravo Roch !

Francois Lauriault, Gatineau

***

La question du jour :

L’histoire de «Tuxedo Kid», ou Léo-Rhéal Bertrand, a-t-elle éveillé des souvenirs en vous? Lesquels?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com