À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Soutenir les médias

Il faut réinventer la façon de soutenir le journalisme écrit essentiel pour informer et assurer une cohésion sociale. On ne reviendra pas à l’ère pré-Internet. La caractéristique du web, c’est l’accès à une pluralité de sources d’information. Nos journaux doivent trouver une façon de s’inscrire dans cette formule. 

Je ne me limite plus à un seul journal mais en lis plusieurs. Je ne serais pas intéressée à multiplier les abonnements, additionnant les frais. Par contre, je prendrais un abonnement qui donnerait accès à l’ensemble des journaux que j’aime. Les éditeurs devraient s’ouvrir aux abonnés des uns et des autres, sur une plateforme partagée, se garantissant du coup des revenus associés à ce type d’abonnement.

Annie Couture, Ottawa

Taxer Internet ?

Taxer davantage les utilisateurs d’Internet n’est pas la solution, comme le suggère l’éditorialiste Pierre Jury (Taxer Internet ? L’idée a du bon», Le Droit, 21 août). Les gouvernements devraient taxer les entreprises numériques en fonction du revenu ici. Pour chacune, il pourrait avoir une approche spécifique. Car Facebook est fort différent d’Amazon. 

Ainsi on laisserait l’odieux à ces entreprises de décider si elles veulent refiler ces frais additionnels aux consommateurs ou les déduire de leurs profits. 

Si elles refusent de payer, que notre marché leur soit fermé. 

Paul Philippe, Val-des-Monts

Cher, Internet !

Nous payons beaucoup trop pour Internet. Bell, Rogers et Vidéotron devraient payer un pourcentage de leurs revenus dans un fonds pour soutenir nos journaux.

Dans la Petite-Nation, il y a ExploreNet et la filiale de Bell, Télébec, dont le service est très lent et très dispendieux. 

Il est temps que les gouvernements arrêtent de discuter et passent à l’action.

Roger Chartrand, Gatineau

***

La question du jour :

Êtes-vous confiant que le nouveau chef de la Police d’Ottawa, Peter Sloly, apprendra le français ? Et pourquoi ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com