À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pour utilisation locale

Andrea « Horwath veut rallier les libéraux » (Le Droit, 2 juin) et les invite à voter stratégiquement pour « empêcher Doug Ford de former un gouvernement ». L’idée peut paraître bonne, mais elle est risquée si elle est appliquée aveuglément.

Nous ne sommes pas dans un système proportionnel. Cette élection ne se gagnera pas par le nombre de votes obtenus, mais par le nombre de députés élus. S’ils veulent bloquer Ford, les électeurs favorables au Parti libéral, mais aussi les sympathisants NPD, devraient regarder uniquement leur propre circonscription et voter pour le candidat local qui a le plus de chances d’arriver devant le conservateur. 

Sinon, ils risquent de se retrouver avec un résultat inverse de celui qu’ils souhaitaient, l’affaiblissement du candidat le mieux placé pouvant suffire au conservateur pour l’emporter.

Roland Madou, Ottawa

Les ailes de Martine

Encore une fois, on vient de couper les ailes d’une autre femme forte du Québec. Non content de dénoncer son manque de souplesse et la démarche que Martine Ouellet a défendue bec et ongles, fallait-il la démolir comme l’ont fait Mario Beaulieu et Gilles Duceppe qui auraient dû se garder une petite gêne. Les attaques ont été sournoises, même de la part des médias. Et l’on se demande pourquoi les femmes évitent de se colmater à ce monde « mâléfique » qui se complaît dans ses miroirs aux alouettes. Nous, les membres du Bloc Québécois, avons la capacité pour juger des compétences de Mme Ouellet sans subir la hargne qui s’est déferlée sur sa détermination ou son intransigeance. Que l’on soit pour ou contre, Mme Ouellet demeure une femme de tête dont l’intelligence et la force de caractère dépassent de beaucoup celles de plusieurs de ses détracteurs et on lui doit respect en lui souhaitant un retour à la sérénité.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Renoncer à la francophonie ?

Le chroniqueur Denis Gratton rapportait que Lyra Evans pourrait marquer deux fois l’histoire en étant première candidate transgenre en Ontario et, possiblement, première députée provinciale néo-démocrate à Ottawa-Vanier (« Surprise dans Ottawa-Vanier ? », Le Droit, 4 juin). Mais il en oubliait un troisième : Lyra Evans serait la première députée d’Ottawa-Vanier incapable de s’exprimer en français. Ce serait un dur coup pour la communauté francophone.

En revanche, la libérale Nathalie Des Rosiers est engagée au niveau des enjeux francophones depuis son élection. Elle a même réussi à entériner le statut bilingue de la Ville d’Ottawa. Pour tous les francophones, un seul choix s’impose.

Nicolas Moyer, Ottawa

***

La question du jour :

Agrandissement du Château Laurier: que pensez-vous de la quatrième version du projet ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com