À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Du ressort de tous

Il serait utopique d’imaginer que tous les cas de maltraitance d’enfants soit totalement éradiquée. Ces cas existent depuis toujours. Être plus vigilant par contre est du ressort de tous. Ne pas hésiter à dénoncer une situation qui paraît anormale pourrait sauver une vie.

Sylvie Legros, Gatineau

***

Elle est partie...

Dans l’obscurité d’une nuit, elle a essayé de fuir son enfer, mais un présent monstrueux l’a rattrapée, provoquant un coup de tonnerre, ébranlant le Québec, déstabilisant le coeur humain d’indignation en quête d’une réponse. Son petit corps marqué au fer rouge, ses os broyés du manque d’amour s’est endormi dans un plus jamais pareil, délivrée de ses bourreaux sans âme, ni coeur. Invisible de corps, comme un ange d’un coup d’aile, tu n’as fait que passer. Va petit ange de pureté dans un ailleurs où les petits bourgeons de vie ne meurent jamais.

H. Jocelyne Desjardins, via Internet

***

Le Québec ébranlé

C’est avec stupeur et indignation que j’ai appris le triste sort de cette enfant de 7 ans de Granby. Beaucoup de questions et d’incompréhension surgissent. Si la protection de la jeunesse est vraiment une priorité, n’est-il pas contradictoire qu’au-delà de 3000 enfants sont en attente d’évaluation ? Des actions énergiques s’imposent !

Raymond Ménard, Plaisance

***

Je ne comprends pas

J’ai habité l’Île de Hull pendant 25 ans et j’aime la façon dont son développement s’oriente sauf que je ne peux comprendre l’idée du conseil de Gatineau de permettre la fermeture des bars à 3 h. Je ne comprends pas la logique de prétendre que cette mesure aura un quelconque avantage économique pour qui que ce soit. Au contraire, cela me semble contre-productif et n’encouragera certainement pas les gens à aller habiter l’Île ou à y retourner, en tout cas pas moi.

Yves Cloutier, Gatineau

+
LA QUESTION DU JOUR

Le pic des inondations a été atteint, la décrue chemine lentement. Parlez-nous du soulagement.

Le plus gros des inondations devrait être terminé.

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.