À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L’exploit du CISSSO

Tout un exploit réalisé par le CISSS de l’Outaouais qui a atteint pour une troisième année consécutive l’équilibre budgétaire, du jamais vu en Outaouais depuis les deux ou trois dernières décennies. Quoiqu’en disent certains observateurs, l’équilibre budgétaire n’est pas optionnel aux yeux du ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS). Son respect est la clé incontournable pour gagner le respect et l’attention des hautes instances du MSSS, qui n’ont maintenant plus le choix de prendre sérieusement en considération les demandes d’investissements et de développements nécessaires en Outaouais. La direction du CISSSO a ses devoirs à faire, et doit cibler ses actions aux secteurs en plus grandes difficultés, tels que les services de première ligne, le soutien à domicile, l’état précaire de sa main-d’œuvre et le niveau avancé de désuétude de ses installations matérielles. Il a maintenant plus de marges de manœuvre. Ce seront des éléments qui donneront un véritable sens pour la population à l’éventuel équilibre budgétaire pour une quatrième année de suite.

Guy Morissette, ancien directeur des services professionnels au CISSSO, aujourd’hui médecin en Outaouais


Des dangers routiers à réparer

Je fais du vélo partout où il y a des sentiers aménagés dans Gatineau. Celui sur le boulevard La Gappe, par exemple, contient des écriteaux qui indiquent « Asphalte fissuré », comme si je ne l’avais pas remarqué ! Sur la belle piste de la rue Jacques-Cartier, de multiples écriteaux signalent « Danger » parce qu’il y a des affaissements du pavé, reliquat des récentes inondations. Avec la haute fréquentation de ce sentier, il est devenu dangereux d’y circuler : les affaissements et les panneaux sont devenus des obstacles majeurs à la bonne utilisation. 

Pourquoi ne pas mettre des cônes orange dans tous les nids-de-poule des rues de Gatineau plutôt que de les réparer ? Ainsi, on pourrait faire du slalom amateur dans toute la ville en suivant la ligne jaune au centre des rues (pour ironiser la ligne rouge du sentier culturel). Les panneaux indicatifs ne sont pas la solution pour aviser d’un danger ou d’un risque d’accident sur les routes et sentiers. Réparez-les au plus vite !

Bertrand Fortin, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Que retenez-vous de l'héritage de Paul Gérin-Lajoie ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.