À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Élections scolaires

Depuis que Mario Dumont a semé les premiers « germes de l’aide à mourir » des commissions scolaires francophones, les gouvernements n’ont pas toujours mis l’ardeur à redresser la participation citoyenne aux élections scolaires en omettant d’implanter, tel que proposé à maintes reprises, un mode de scrutin conjoint municipal-scolaire ou encore, des modalités technologiques propices à une participation accrue au processus électoral universel. Serions-nous, en tant que société moderne, sur le point de retirer à la population québécoise un droit de regard démocratique sur l’une de ses institutions fondamentales, l’éducation ? Tout ça alors qu’en plusieurs endroits sur la planète, de personnes payent de leur vie afin de maintenir ou d’obtenir quelques droits semblables. 

La gouvernance scolaire, issue d’un mode électif universel, n’est pas un simple jouet dont on décide de se débarrasser un bon matin. À l’instar d’une police d’assurance incendie qu’on oserait, sous prétexte qu’elle n’a pas servi depuis plusieurs années, annuler pour sauver quelques dollars. Enfin, nombre de régimes démocratiques font l’objet de pressions réductrices constantes. Avons-nous le goût d’y aller de notre propre petit numéro ? Il est encore temps de se ressaisir avant l’adoption du projet de loi 40. 

N. Sylvestre, Gatineau

***

Le Droit, journal québécois

La décision de déménager le siège social du Droit à Gatineau est regrettable, mais elle confirme que Le Droit est dans les faits et depuis longtemps un quotidien à prédominance québécoise. Parcourez n’importe quel numéro du journal. La plupart des articles portent sur l’Outaouais québécois, tandis que ceux consacrés à l’Est ontarien sont peu nombreux et se limitent le plus souvent au volet linguistique ou culturel. Beaucoup de Franco-Ontariens ne s’y reconnaissent pas. 

L’embauche d’une journaliste à Queen’s Park, la recherche d’un correspondant dans l’Est ontarien et la signature d’une entente avec La Cité sont des signes encourageants, mais il en faudra davantage pour que Le Droit redevienne le quotidien des Franco-Ontariens.

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

+

LA QUESTION DU JOUR

Si vous étiez à la tête de Bombardier, grevé par 9 milliards $ de dette, que choisiriez-vous ? Les trains ou les avions ?

Le grand patron de Bombardier, Alain Bellemare

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.