À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Question de vie ou de mort(s)

Une récente étude en Angleterre démontre que l’espérance de vie des sans-abri se situe à 43 ans, tandis que celle de la population générale est de 82 ans. Difficile de savoir si la Ville d’Ottawa fait le décompte sur son territoire. Ça serait sans doute trop culpabilisant de le savoir. Ayant participé à certaines soirées du conseiller Mathieu Fleury et de SOS Vanier, j’ai été surpris de certains commentaires exprimés dans les couloirs. Heureusement, tous les partisans de SOS Vanier ne partagent ces valeurs quelque peu tordues. Ils se retrouvent aussi un peu victimes du « dumping social » orchestré par le maire Watson, et des conseillers municipaux trop heureux de transposer ce fardeau sur Vanier. Cela dit, en attendant l’utopie imaginaire promue par certains, le projet de l’Armée du Salut va prévenir plusieurs morts précoces et évitables.

Pierre LeBlanc, Ottawa

Le nouveau duo Blondin-Boudrias

Voilà, c’est fait ! Un nouveau duo est né, deux nouveaux « Sauveurs » nous sont donnés : alléluia ! On le sentait venir depuis un certain temps et il fallait bien remplacer l’ancien duo. Que ces deux nouveaux « sauveurs » ne soient pas toujours en accord avec le maire, c’est parfait. Le choc des idées fait souvent avancer les dossiers. Mais que cette opposition soit omniprésente, et ce, peu importe les dossiers, relève, à mon avis, d’un certain manque de solidarité que nous, les électeurs, souhaitons au sein du conseil municipal. Il me semble que c’est long, quatre ans, pour préparer la prochaine campagne électorale.

Paul Peterson, Gatineau

Des nids-de-poule sur le Rapibus

À la hauteur du tunnel du Rapibus du boulevard Greber, j’ai aperçu des pancartes routières qui demandaient aux autobus de ralentir car il y a, vous ne me croirez pas, des nids-de-poule. Cette infrastructure, qui nous a coûté 265 millions et qui n’a même pas 5 ans, est déjà infestée de nids-de-poule. Le Rapibus nous a coûté deux fois le coût de départ. Il a été mal conçu, et maintenant, il a été mal construit. Vive la STO. Espérons que le tronçon Labrosse-Lorrain ne sera pas aussi mal construit.

Yves Durand, Gatineau

***

La question du jour :

Les insultes par texto sont en hausse au primaire, dans les écoles, qui observent aussi plus de conflits entre groupes ethniques. Comment renverser la vapeur?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com