À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Les juristes floués ?
Quand on décide d'aller en grève avec un revenu de 104 000 $ par année, il faut se dire qu'on n'est quand même pas si mal payé, qu'on n'a quand même pas un si mauvais employeur. Il faut surtout se souvenir de nos cours de comptabilité et calculer qu'une semaine de grève représente 2 % de notre revenu annuel et que toute durée de grève qui  dépasse trois semaines (6 %) nous mettra en déficit pour les trois prochaines années. Alors 18 semaines de grève, 36 % de pertes salariales pour le principe de la parité ? Allons donc ! Une triste histoire qui nous rappelle que l'ambition perd son homme. Floués par un leurre où par l'un des leurs. 
Antoine L. Normand, Gatineau
Finie, la saga Guertin
Commencée en 2007, la saga Guertin est presque terminée. La démarche entreprise sous l'habile direction du maire Maxime Pedneaud-Jobin, en concertation avec le conseil, s'inscrira parmi les bienfaits de Gatineau, incluant, et je l'espère, la bibliothèque centrale, s'ajoutant aux berges de la rue Jacques-Cartier, de la Ferme Moore et d'autres. Sa réalisation apportera une solution au stationnement dans ce secteur névralgique dans les domaines de la culture, des loisirs et du sport. Dans sa chronique « Deux ans de perdus » (Le Droit, 13 avril 2011), Pierre Bergeron expliquait le ratage du Centre multifonctionnel pour remplacer l'aréna Robert-Guertin. Je le cite : Mal ficelé, mal expliqué, mal engagé, mal compris, mal consulté, ce projet était mort-né car sa paternité était déficiente et ses tares trop importantes. Auparavant, l'administration Bureau avait fait face à un autre échec avec la proposition de l'entreprise Ed. Brunet et fils de reconstruire en PPP. Québec avait rejeté d'emblée faute d'appel de soumissions publiques. À juste titre les Gatinois se sont plaint de ces événements imprévus mal gérés. Après une décennie, Gatineau  ira enfin de l'avant. Les Olympiques auront un nouveau toit en 2020.
Pierre R. Gascon, Gatineau
***
La question du jour
Pourquoi les Sénateurs d'Ottawa sont-ils en meilleure position au lendemain de la date limite des transactions?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com