À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un fidèle au Droit !

À l’aube de mes 80 ans, je suis toujours abonné à l’édition papier du journal Le Droit. 

Mon père, Marcel Labelle, a travaillé pour Le Droit durant 46 années de sa vie. Je lui ai promis que j’y serais abonné pour toujours. Promesse tenue. 

Robert Labelle, Gatineau 


Le Droit, le seul

En lisant le propos du correspondant Jean-Pierre Villeneuve (« Le Droit, journal québécois », Le Droit, 5 février), je me désole de constater que son opinion est partagée par certains Franco-Ontariens. Le Droit est un journal franco-ontarien créé à la suite du Règlement XVII interdisant l’enseignement en français aux enfants. Depuis, Le Droit est toujours monté aux barricades lors des batailles des Franco-Ontariens.  

N’eut été de l’appui indéfectible du Droit lors de la bataille pour la sauvegarde de l’Hôpital Montfort, je me demande bien si le résultat aurait été aussi positif. Seul Le Droit couvre les événements qui ont lieu soit au collège La Cité, soit ceux des organismes franco-ontariens tels que l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, de l’Hôpital Montfort, l’hôpital général de Hawkesbury, des conseils scolaires francophones et j’en passe. Dans aucun autre journal hebdomadaire on ne parle de l’Est ontarien. Pour survivre, Le Droit a dû se diversifier et couvrir les événements du côté québécois. Et puis ? 

Si tous les Franco-Ontariens détenaient un abonnement au Droit, peut être que celui-ci ne serait pas obligé de déménager son siège social à Gatineau ! Si nous voulons continuer à avoir une voix, il importe d’appuyer notre seul quotidien francophone. La devise du Droit est « L’avenir est à ceux qui luttent ». Franco-Ontariens, on peut lutter en s’abonnant ! 

Claudine Girault, via Internet


J’y ai cru, j’ai perdu

J’ai toujours dit qu’avec un nom comme « Bellemare », Bombardier finirait comme son nom. Mort. Comme plusieurs, j’y ai cru et j’ai perdu. Mais pas eux.

Pierre Simard, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

La glissière à 5 millions $ sur l’autoroute 50 économisera-t-elle des vies humaines ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.