À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Des murets partout ?

Séparer les voies qui se rencontrent sur l’autoroute 50 par des murets de béton?  C’est la meilleure trouvaille qu’on a faite pour sécuriser les voyageurs de cette « fausse » autoroute... Ainsi, est-ce qu’il va falloir installer de tels murets sur toutes les routes du Québec où les véhicules se croisent? 

À ce compte, il vaudrait sans aucun doute bien mieux de miser sur la discipline au volant que sur de budgets faramineux pour séparer les voies de circulation.

Jacques Turcotte, Gatineau


Pas une autoroute

Selon la convention de Genève sur la  sécurité routière signée en novembre 1968, le terme «autoroute» désigne une route qui est spécialement conçue et construite pour la circulation automobile, qui ne dessert pas les propriétés riveraines et qui:

i) Sauf en des points singuliers ou à titre temporaire, comporte, pour les deux sens de la circulation, des chaussées distinctes séparées l’une de l’autre par une bande de terrain non destinée à la circulation ou, exceptionnellement, par d’autres moyens;

ii) Ne croise à niveau ni route, ni voie de chemin de fer ou de tramway, ni chemin pour la circulation de piétons.

Le ministère québécois des Transports induit donc la population en erreur en prétendant que la 50 est une autoroute. Comme la 20 à la hauteur de Rimouski. La vitesse devrait y être réduite à 90 km/h.

Daniel Mathieu, Gatineau


Famille Lalji et le Château

La famille Lalji, propriétaire du Château Laurier, est peut-être plus sensible qu’on ne le croit aux doléances des fans du Château. Elle pourrait marquer l’imaginaire d’Ottawa, en plus d’obtenir la reconnaissance de ses citoyens et de nombre d’autres au pays.

D’ordinaire, les châteaux ont un jardin. Si la façade arrière du Château, sa future extension, le prolongeait avec modernité et majesté et ouvrait sur le parc Major, celui-ci apparaîtrait comme son jardin. Quel jardin! Un jardin qui ouvre sur certes l’un des panoramas naturels des plus magnifiques. 

Ce pourrait être époustouflant, possiblement un succès urbanistique hors du commun, cité partout en exemple. Je veux croire que la famille Lajli ne s’y montrerait pas insensible.

Robert Laviolette, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Dans la région d’Ottawa-Gatineau, quelles cirsconscriptions croyez-vous sont menacées pour le député sortant ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.