À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La laïcité acceptable

Je trouve déplorable toutes les contestations au sujet du projet de loi 21. Il n’a jamais été question que les gens perdent leur emploi. Tout simplement, certaines personnes devront enlever soit leur voile ou un signe ostentatoire avant le travail et après, le remettre.  

Il est difficile d’accepter le changement mais ce seront les nouvelles normes qui répondent à la société québécoise. 

Que voulons-nous ? La majorité opte pour ce changement, un Québec laïque, ce qui aurait dû être fait il y a plusieurs années. Récemment, je lisais un article sur le Maroc : aucun signe religieux n’est visible. Il y a d’autres exemples semblables ailleurs. Pourquoi cela devrait-il être différent ici ? 

Colette St-Hilaire, Gatineau

 

Imaginez le recul...

Imaginez le recul que subiraient les Canadiens si jamais le Parti conservateur avec Andrew Scheer à sa tête était porté au pouvoir lors des prochaines élections. Qu’adviendrait-il au projet Phénix ? Et la protection de la langue française ? Ce ne sont pas les conservateurs qui vont favoriser un rayonnement de notre belle langue. Les fonctionnaires se sont sentis assaillis, ne savaient jamais si l’épée de Damoclès, suspendue au-dessus de leur tête et retenue par un crin de cheval, allait s’abattre sur eux. 

Et que dire du temps précieux qu’a fait perdre Andrew Scheer dans la saga SNC-Lavalin ? Ce n’était qu’une controverse, pas plus. Les conservateurs avec leurs tactiques immorales ont créé de l’obstruction. Scheer voulait faire accroire au pire, il voulait la tête de Justin Trudeau. Surprise, ça va jouer contre eux. 

Jacques Henri, Gatineau


Un monument vivant

Merci au journal Le Droit et à Denis Gratton pour sa grande entrevue avec Yves Saint-Denis (Le « Monument » de Chute-à-Blondeau, Le Droit, 6 avril). Vous avez bien discerné sa fougue, sa passion et son amour de la langue française. 

Une brève rencontre avec lui ne laisse personne indifférent. C’est un monument vivant de l’Ontario.

Luc Bouchard, Casselman

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

André Fortin a décidé de ne pas se lancer dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec. Qu’en pensez-vous ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.