À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

DE LA SAGESSE POLITIQUE

Le dernier rapport déposé par le Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG) dépassait son mandat, selon le maire. Le conseil, par un vote majoritaire, a décidé de mandater sa vérificatrice générale pour s’assurer de la conformité du mandat du BOG. N’aurait-il pas été plus sage politiquement de réviser et de modifier le mandat original du BOG pour encadrer et éviter les écarts ou les dépassements ? À l’avenir, si un rapport de la vérificatrice générale ne vous satisfait pas, n’allez surtout pas vous plaindre ou confier un mandat de conformité au BOG. Les citoyens ont besoin d’une confiance totale dans l’indépendance de ces deux institutions de dernier recours.

Jean Deschênes, Gatineau

PAS D'ARGENT POUR L'ÉPICERIE

Ce n’est pas le rôle de la Ville de Gatineau de subventionner une épicerie et augmenter ainsi notre facture foncière (Tessier croit encore en l’épicerie du centre-ville, Le Droit, 16 avril). Si le privé ne vient pas sans aide financière, c’est parce que ce n’est pas rentable, on n’a pas à mettre 300 000 $ d’argent public pour empêcher le privé de faire des pertes. Que la Ville autorise plutôt les tours Brigil et grâce à cette densification, une épicerie viendra d’elle-même au centre-ville sans aide financière !

Pierre Morin, Gatineau

EN RÉPONSE À «UN CAFÉ AMER AU CNA»

Le 12 avril dernier, un café de l’entreprise locale Equator ouvrait ses portes au Centre national des arts. Fruit d’un processus de sélection exhaustif à l’échelle du pays, ce nouveau partenariat repose sur trois critères fondamentaux : une ambiance conviviale, un produit de grande qualité, et des services offerts en français et anglais. Inaugurée en 1998 sous le nom d’Equator, l’entreprise conserve son nom unilingue partout où elle s’installe, à l’instar de nombreuses compagnies dont la marque de commerce est établie – on pense notamment au Cirque du Soleil. Bien qu’Equator opère indépendamment du CNA, l’offre de services dans les deux langues officielles représente une composante clé de l’entente conclue entre les deux parties.

Carl Martin, directeur des communications (par intérim) du Centre national des arts

***

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous des engagements du chef progressiste-conservateur de l’Ontario, Doug Ford, face à la communauté francophone?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.