À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pourquoi pas le progrès ?

Je suis très désolé du résultat du vote du conseil municipal de Gatineau sur les tours Brigil. Il manquait un gros joueur dans l’équation : les citoyens qui ne demeurent pas dans le Quartier-du-Musée. Malgré tout le respect que j’ai pour le patrimoine, ça ne met pas de pain sur la table. La Ville de Gatineau a manqué une chance en or en les refusant. Le progrès peut vivre en harmonie avec le patrimoine. Nos infrastructures laissent à désirer, etc. Gatineau n’est pas née pour un petit pain.

René Sabourin, Gatineau

***

Des tours... ailleurs?

À ceux et celles qui crient à la fin de Gatineau, les tours Brigil peuvent-elles, et pourront-elles, être construites au centre-ville de Gatineau? Réponse maintes fois répétée par les élus, les urbanistes, les journalistes et les citoyens: oui ! Le centre-ville occupe un espace beaucoup plus vaste que le Quartier-du-Musée. Il suffit de se donner la peine de regarder le plan du minuscule territoire couvert par la citation patrimoniale du Quartier-du-Musée pour comprendre que le promoteur peut, s’il le veut, construire ses tours à de très nombreux endroits. C’est d’ailleurs ce que font le groupe Heafey et le projet Zibi. Alors voici une suggestion : pourquoi ne pas travailler avec le promoteur, lui suggérer un emplacement (il y en a beaucoup au centre-ville)? Si les tours sont essentielles pour sauver Gatineau, alors peu importe où elles seraient implantées, les taxes, la vue, les emplois, les condos... tous ces bienfaits ne seraient-ils pas au rendez-vous? 

Christiane Thérien, Aylmer

***

Les excuses, ça suffit !

Encore une fois, notre premier ministre du Canada s’excuse. Cette fois, c’est pour les juifs réfugiés de 1939. Des excuses officielles seront prononcées le 7 novembre. Il ne faut pas tomber dans le ridicule pour se faire aimer ! Des excuses pour des gestes qui ont été commis il y a 100 ans, et même 200 ou 300 ans, il n’y a plus de limite. À qui la chance d’avoir des excuses officielles du Canada ? 

Luc Robert, Gatineau

-----------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Parmi les promesses faites par les libéraux en 2014, quelle est la principale à laquelle vous vous référez pour faire votre choix en 2018 ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.