À vous la parole

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un vaccin pour tous !

La nouvelle de l’efficacité du vaccin de Pfizer contre la COVID-19 a fait le tour de la planète, apportant espoir et confiance en l’avenir. Mais pour que ce fléau soit réellement maîtrisé, il faut que le vaccin ne soit pas seulement pour les pays qui peuvent se le permettre, mais pour tous les pays. J’espère que M. Trudeau veillera à consacrer aux pays moins nantis 1 % de notre budget national de lutte à la COVID-19. C’est peu, mais cela permettra à ces pays d’avoir eux aussi confiance en l’avenir et de ramener ainsi leur vie à la normale. Qui plus est, comme le comprendront tous les Canadiens, cela contribuera à nous protéger tous, riches comme pauvres, de ce terrible fléau.

Jean-François Tardif, Gatineau

+

Les dés pipés pour le pont

Le pont Alexandra sera jeté à l’eau dans dix ans, vient d’en décider la Commission de la capitale nationale. Une consultation publique sur son « remplacement », mot répété ad nauseam sur le site de la CCN, se tient maintenant du 3 au 17 novembre. En pleine pandémie, une consultation pancanadienne sans préavis de seulement deux semaines sur un projet qui va changer le patrimoine riverain de l’Outaouais constitue, appelons la chose par son nom, une vraie farce. Cette consultation ne porte pas sur la démolition du pont, mais entre autres sur l’emplacement de quelques pierres et plaques commémoratives. Le pont Alexandra a longtemps été critiqué, prétend la CCN, parce qu’il nuisait à la vue des édifices patrimoniaux du Parlement à partir de la rive québécoise. Je vis à Ottawa depuis 1963, c’est la première fois que j’entends une pareille énormité. On en déduit que le pont lui-même ne fait pas partie du patrimoine. Autre énormité. Je demande au ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault de remettre sur la bonne voie le processus décisionnel de ce projet aux dés pipés. Icône historique du lien entre l’Ouest et l’Est du Canada, notamment par sa voie ferrée, Alexandra est le pont sur lequel nous sommes en train de nous faire passer un énorme sapin.

Pascal Barrette, Ottawa

+

Un intrus nommé Donald

Il ment comme il respire, il est un accusateur hors pair contre ses adversaires, il est un très mauvais perdant et ne savoure que le pouvoir et la victoire. Il n’accepte pas la défaite et n’aime pas payer ses impôts. Il incite à la violence et au racisme en n’améliorant pas le sort des Afro-Américains ou la violence des policiers envers les noirs. Il est nul pour la gestion de la COVID-19 envers son peuple et n’a aucune empathie envers les familles américaines endeuillées de la pandémie. Il ne croit pas aux changements climatiques, mais ne croit qu’à lui-même et à ce qu’il dit. Cet intrus se nomme : Donald Trump.

Line Branchaud, Embrun

+

Trump sera-t-il de retour en 2024 ?

Certains diront qu’il est trop tôt pour en parler, puisqu’il est toujours, pour l’instant, le locataire de la Maison-Blanche, mais la tragédie de l’élection présidentielle, contrairement à ce que bon nombre de personnes pensent, est loin d’être terminée. Il y a encore bien des choses qui peuvent survenir, mais cette idée d’un retour de Trump en 2024 se bute à plusieurs obstacles potentiels. Parmi ceux-ci, il y a le fait que bien des républicains ont réalisé, ou réaliseront dans les prochaines semaines, qu’il était, et est toujours, toxique, antidémocratique et carrément dangereux, pour eux, pour leur parti, pour les États-Unis ainsi que pour le monde entier. À cela s’ajoute, à mon avis, autre chose dont presque personne ne parle en ce moment. Des enquêtes sont en cours et d’autres seront sûrement déclenchées prochainement, dans les mois à venir, alors que son immunité sera levée par l’assermentation de Joe Biden. Ces enquêtes aboutiront probablement en des poursuites judiciaires contre Donald J. Trump et des membres de sa famille, et ce, notamment, en matière fiscale, financière et/ou criminelle. De fait, la machine de la justice va reprendre son cours dès le 21 janvier 2021. Soyez à l’affût, parce que ce sera peut-être la nouvelle « télé-réalité » dans laquelle Trump aura le rôle principal, mais certainement pas un rôle qu’il aspire avidement à jouer. D’aucuns avancent la proposition que Biden offrira à Trump de lui accorder le fameux pardon présidentiel pour l’inciter à partir sans faire de trouble. Je ne crois pas, et j’espère qu’il ne fera pas ça, parce que ce sera l’équivalent d’une caution de toutes les attaques de Trump contre les institutions démocratiques du pays. S’il faisait cela, ce serait dès le début, à mon avis, un affaiblissement de la « jeune » présidence de Biden.

Christian Laroche, Gatineau

+

Dialogues de sourds

Comment doit-on interpréter le résultat des élections américaines ? Ils me semblent posséder tous les signes d’une polarisation à outrance des valeurs (gauche-droite). Les forces sociales s’opposent et ne se parlent plus ; que des dialogues de sourds (médias sociaux). Les uns mettent de l’avant des valeurs humanistes de mieux-être, de justice sociale et de qualité de vie, tandis que les autres s’en remettent au darwinisme social qui s’appuie sur la concurrence impitoyable entre individus et groupes pour répondre aux besoins sociaux notamment de santé, d’éducation et d’harmonie entre les différentes sous-cultures régionales qui composent la courtepointe américaine. Le sous-système économique américain ne se préoccupe pas de ce clivage pourvu que les marchés ne soient pas significativement empêchés de poursuivre leurs propres objectifs de croissance. Ils ne se rendent pas compte qu’il existe une situation prérévolutionnaire de droite dirigée par un tribun sans scrupules qui dénature le rôle capital du président et attise les braises du mécontentement populaire. Il est essentiel que les Américains prennent conscience de la dangerosité de cette situation et créent les conditions favorables à un dialogue serein non partisan entre toutes les parties prenantes afin de mieux cerner les questions de fond qui alimentent ce conflit social et handicapent la société américaine.

Il est normal qu’il existe une certaine divergence de vues entre la gauche et la droite. En effet, dans les sociétés démocratiques ouvertes, il existe une tension créatrice constante entre les forces qui portent le changement (adaptation à la modernité) et les forces de contrôle social pour tenter de faire prévaloir l’une ou l’autre de ces visions du monde. Mais les conflits de valeurs doivent être résolus avant qu’ils ne deviennent pernicieux, extrêmes et déstabilisants. Ni l’atomisation, ni la collectivisation à outrance de la vie sociale ne seront des réponses satisfaisantes au problème.

La coopération généralisée, peut-être ?

Jacquelin Robin, Gatineau

+

Peu de détails sur la boucle de tram

La proposition du groupe « Les amis de la boucle » a beaucoup fait parler, mais on a peu de détails sur une éventuelle boucle de tramway interprovinciale. Je n’ai trouvé aucune information sur le type de service qui pourrait être mis en place. Boucle indépendante demandant un transfert ? Boucle unidirectionnelle ? La moitié des trams dans chaque direction ? Boucle incomplète, avec un terminus au centre-ville de Hull ? Cela change beaucoup de choses pour les gens qui utiliseront le système, et l’efficacité du système à transporter en dépendra. Je pense qu’on oublie aussi que le fait d’utiliser deux ponts n’augmente pas la capacité du système, car il n’y aura qu’une seule ligne le long du boulevard Taché pour acheminer les trams depuis l’ouest. Une boucle de tram aidera certainement la revitalisation des centres-ville, ce qui semble être l’argument principal de ses partisans. C’est une excellente chose ! Cependant, il reste à démontrer comment la boucle améliorera le transport urbain pour qu’elle soit plus qu’un simple projet d’urbanisme.

Damien Pilon, Gatineau