À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Avortement et démocratie

Que l’avortement soit un droit ou non, il est pratiqué et payé par l’État (les contribuables) depuis des décennies, ce qui est pratiquement l’équivalent. 

Ce que de nombreuses femmes déplorent, toutefois, est que l’avortement soit devenu le seul choix envisageable, en raison de l’absence de soutien pour les autres options, comme l’adoption ouverte, semi-ouverte ou fermée, ou encore le soutien pour garder son enfant. 

Tout droit à l’avortement ne devrait pas prévaloir sur le droit des femmes au consentement éclairé ni sur le droit des citoyens, et des députés qui les représentent, de tenir des propos divergents (par exemple interdiction de faire partie du Parti libéral du Canada ou obligation d’être pro-avortement pour obtenir une subvention fédérale). 

Ces idéologies extrêmes, si on ne les amène pas à se nuancer, sont en voie de miner notre démocratie, laquelle se fonde sur le dialogue et le débat ouvert et civilisé, pour toute question, sans exception. Car la vie est truffée de changements, ne serait-ce que sur les plans scientifique et technologique, et l’appareil législatif doit savoir rester souple et ouvert pour s’adapter et évoluer (idéalement progresser).

Isabelle O’Connor, Montcerf-Lytton


Pourquoi pas ailleurs ?

Depuis des mois, nous vivons les tergiversations du conseil municipal autour du projet des tours Brigil. 

D’un côté, il y a les arguments que ces tours donneraient naissance à un nouveau centre-ville, des emplois et la manne de touristes. De l’autre, on dit que ces tours détruiraient le peu de patrimoine qui a résisté au feu et aux promoteurs. Quelles sont les raisons qui empêcheraient Brigil de construire ailleurs ? Il semble que le facteur déterminant pour le succès des tours est la proximité immédiate avec Ottawa. Il est difficile de croire que les touristes vont vouloir traverser et toucher aux tours… qui se verraient très bien à partir d’Ottawa. Même à Paris, la plupart des touristes observent la tour Eiffel de loin. Il doit y avoir d’autres endroits à Hull qui pourraient accommoder ces tours. 

Après avoir enlevé l’aréna Guertin, pourquoi ne pas le remplacer par les tours qui seraient encore visibles de l’autre rive.

Marc Rhéaume, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous des conservateurs qui invitent les bloquistes à se joindre à leur parti ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.