À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les opposants des sentiers cyclables

On a lu beaucoup d’âneries de la part des opposants au développement des sentiers cyclistes à Gatineau. 

À ceux qui disent qu’ils ne font pas de vélo et qu’ils n’ont donc pas à payer pour les sentiers cyclables, je leur réponds que les personnes sans enfant n’auraient donc pas à payer les taxes scolaires. 

De même, pour ceux qui n’utilisent pas le transport en commun, ils n’auraient plus à payer ce service public. 

Un autre argument trompeur est celui du correspondant évoquant qu’il y a trop peu de cyclistes pour justifier des dépenses sur le vélo. 

Ce dernier est mal informé, car il y a beaucoup de personnes qui pratiquent le vélo à Gatineau et le nombre ne fait qu’augmenter. Mon argument principal pour soutenir le développement du vélo est que dans une société démocratique, tous paient des taxes pour l’ensemble des services offerts, mais ce ne sont pas toutes les personnes qui consomment l’ensemble de ces services. 

De plus, la pratique du vélo est bonne pour la santé, pour l’environnement et pour la diminution de la congestion routière. 

Il est temps que les amateurs de vélo réagissent davantage aux opposants des sentiers cyclables.

Raymond Carrière, Gatineau


Une cure de jouvence nécessaire 

Le boulevard St-Joseph a besoin d’amour. (La facture grimpe à 78 millions $, Le Droit, 5 juillet 2018) 

Les dépassements de coûts dans ce genre d’ouvrage sont monnaie courante. Ce projet ne fait pas exception. 

Il va coûter 20 millions de plus que les premières estimations. 

Je crois qu’il faut aller de l’avant, malgré les coûts, car la ville doit se donner une image prospère avec cette artère commerciale. 

Gatineau est une ville riche. C’est pourquoi la cure de jouvence du boulevard St-Joseph est vitale pour le secteur Hull. 

Elle permettra de revitaliser le cœur économique qui en a bien besoin.

Serge Landry, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Faites-vous suffisamment d’efforts pour s’assurer que votre sac de déchets ne contient pas de matières recyclables ou compostables ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.