À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Et les autres croix?

Si l’on se débarrasse de la croix sur laquelle git le Seigneur agonisant, qu’allons-nous faire des autres croix que l’on retrouve en abondance dans notre quotidien ?

Commençons par le poteau de téléphone. Examinons l’industrie des fenêtres. Y en a-t-il une seule qui ne porte une croix en son centre ? Et dans la construction, peut-elle se faire sans sa croix mécanique. Pour les voyageurs, c’est l’avion : une croix volante!

On devrait y penser deux fois avant de décrucifier notre héritage car à l’heure de la mort, cette croix ne sera que votre seul secours!

Lionel E. Hotte, Ottawa

S’ils ont pu...

À la Nouvelle-Orléans, ils ont érigé des digues pour retenir un océan. En Outaouais, on devrait être capable d’en ériger pour retenir une rivière.

Daniel Beaulne, Gatineau

Oui au déménagement

Je suis tout à fait d’accord avec le déménagement des quartiers pour les sortir des zones inondables ou trouver des mesures d’atténuation permanentes pour éviter des futurs dommages. C’est pas trop tôt de penser à une solution à long terme. 

Quand le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin dit: «On a accepté ça comme société...» et «responsabilité collective», il reflète peu la réalité et il parle au nom de la société au lieu de parler en son nom ou celui de la Ville de Gatineau seulement.  Il veut paraître généreux avec de l’argent des contribuables alors que ces dommages sont attribuables à la ville.

Des erreurs de jugement ont été commises par la ville dans le passé en émettant des permis de construction dans les zones inondables. Ce n’est pas nouveau que ces zones sont inondables. En émettant des permis de constructions  pour des endroits à risque,  Gatineau a fait de l’argent avec ces permis et maintenant il faut payer pour ces erreurs.

Les contribuables en ont assez de payer pour le manque de vision environnementale de Gatineau.

Gabrielle Simonyi, Gatineau

***

La question du jour :

Analyse des options pour prévenir d’autres inondations dans les zones sensibles : quelle option a-t-on oublié ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com