À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Incapable de naviguer

L’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould, dans l’affaire SNC-Lavalin, déclare avoir subi des pressions afin de le régler, en plus de percevoir des « menaces » à son égard. Je m’attends à ce que nos élus gouvernent à l’avantage de la société canadienne ; or, l’approche de Mme Wilson-Raybould paraît être une d’un administrateur dédié au processus, couplé d’une aversion au risque. 

Lorsqu’un individu accepte de devenir député, il doit gouverner en respectant les principes de la société, impliquant faire des choix difficiles, parfois populaires et parfois non. Tout ministre détient une discrétion finale, dans les dossiers à haute voltige ; Mme Wilson-Raybould a été incapable de naviguer de telles eaux, ni d’y trouver la boussole socio-politique de la raison d’état. Si le siège social de SNC-Lavalin se trouvait à Vancouver, l’ancienne ministre aurait trouvé rapidement le bon chenal. Son déplacement est le prix de ne pas avoir agi pour défendre l’intérêt socio-économique du Canada,  et n’a que peu à voir avec les possibles transgressions des cadres de SNC-Lavalin. Que ces derniers soient poursuivis. 

Pour le reste, le Canada n’a que peu d’entreprises reconnues pour leur expertise mondiale, et pour notre bien-être à tous, elles doivent être défendues.

Michel Gingras, Gatineau

D’autres promesses ?

Je travaille pour le gouvernement du Canada et j’ai participé à la manif qui a eu lieu aujourd’hui au sujet de Phénix, organisée par l’Alliance de la fonction publique.

On a tous entendu les histoires d’horreur de problèmes de paye causé par Phénix. Je me demande où est le respect que Justin Trudeau nous a promis en 2015 dans sa Lettre ouverte aux fonctionnaires du Canada? Juste avant les élections fédérales de 2015, M. Trudeau s’est engagé à protéger les droits des travailleurs et à négocier de bonne foi avec les syndicats. Comment se peut-il que trois ans plus tard le gouvernement libéral n’ait toujours pas investi suffisamment de ressources pour traiter les dossiers de paye et régler les problèmes causés par Phénix ? 

Ce pourrait prendre un autre 3, 5 ou même 10 ans – selon les différentes sources. De plus, on nous insulte en proposant un gel salarial pendant deux ans pour notre nouvelle convention collective ? Ridicule !

Où est le respect, M. Trudeau ? De nouvelles élections s’en viennent à l’automne 2019. Aurons-nous encore une fois des promesses sans substance du Parti libéral ?

Chantal Fortin, Ottawa

***

La question du jour :

Sénateurs d’Ottawa : croyez-vous en une solution pour le club de la LNH... et laquelle ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com