À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

D’accord avec le maire

Pour une fois je suis d’accord avec le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Il faut vivre avec la nouvelle réalité : le cannabis est légal que les caquistes le veulent ou pas, c’est maintenant un fait et nous, sur la frontière avec l’Ontario, avons des défis autres que le reste du Québec!

Serge Landry, Gatineau

Le pot à 18 ans ? Erreur !

Bien que je soutienne les initiatives visant à donner aux municipalités plus d’autonomie dans la gouvernance, je suis fermement convaincu que le maire de Gatineau a mal choisi son champ de bataille. La question du cannabis est un exemple où Québec devrait s’ingérer dans nos décisions. 

Se battre pour permettre aux jeunes de 18 ans de fumer du cannabis sur nos trottoirs est une erreur et met sérieusement en doute la sagesse de nos dirigeants locaux. 

Dans ce cas, j’appuie le projet de loi 2 du gouvernement de la CAQ visant à augmenter l’âge du consommateur à 21 ans et à interdire la consommation de cannabis dans nos espaces publics. Je crois que la grande majorité préférerait ne pas sentir ni être autrement exposé à ces substances intoxicantes dans des espaces publics occupés par des enfants, des familles et nos personnes âgées.

Mike Duggan, conseiller du district de Deschênes, Ville de Gatineau

Réflexe primaire

Quarante ans de prison plutôt que 25, c’est pire que la peine de mort pour Alexandre Bissonnette. Bissonnette, dans sa folie, s’est cru investi du devoir de vengeance faisant de lui, non seulement un assassin mais une première victime. 

La douleur de la communauté islamique est immense. Je sympathise avec les familles des victimes. 

Par contre, les Québécois ont cru dans l’effort de réhabilitation de tous les condamnés quel que soit leur crime. Le pardon et la compassion font partie de nos valeurs. Le désir de vengeance contre les offenses est un réflexe primaire contre-productif. 

Nous nous devons en tant qu’êtres humains civilisés, de dépasser ce réflexe et viser plutôt la guérison.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

***

La question du jour :

Qu’est-ce qui bloque pour franciser la carte-santé de l’Ontario, à votre avis ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com