À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Sauvons nos Sénateurs ! 

Soyons réalistes, les Sénateurs d’Ottawa sont en grande difficulté. La vente de billets est en baisse, le propriétaire Eugene Melnyk cherchera bientôt à vendre. 

Une façon de sauver notre équipe : faire alliance avec la ville de Québec et se partager les matches. Québec non plus n’a pas les moyens de se payer une franchise dans la LNH et sa seule façon d’acquérir une équipe est de faire alliance avec Ottawa. L’équipe pourrait porter le nom de Nationals comme dans l’émission de fiction Lance et compte. Les deux capitales nationales qui s’unissent pour rivaliser face à Montréal, Toronto et Boston, quel projet enthousiasmant, capable d’attirer les foules ! 

Gilles Marleau, Orléans 

***

Une saison courte

La saison des Sénateurs d’Ottawa sera terminée avant la fin de l’hiver, ça ne sera pas si long que ça. Leur saison de golf sera plus longue. 

Allez Eugene Melnyk, vendez ! 

Alain Dutrisac, via Internet

***

Quel désastre !

Les rues à Gatineau ? Commençons par le boulevard Maisonneuve : quelle belle approche de bienvenue à la Belle Province ! C’est tellement raboteux que c’est honteux. Le boulevard Saint-Joseph, on n’en parlera pas car là aussi c’est terrible ! Sur la rue Acadie, c’est une vraie risée : passez la voir ! Ils ont réparé le boulevard La Vérendrye en sortant du parc de roulottes, cela a fait énormément de bien, bravo. Mais ils n’ont pas réparé la sortie du boulevard de l’Hôpital et c’est plus urgent que tout. Sur la montée Saint-Amour, il y a une butte et l’ asphalte est défait. C’est très dangereux car les gens prennent l’autre voie pour passer. 

Micheline Maisonneuve, Gatineau

***

Nos infirmières...

J’ai énormément de sympathie pour le travail de nos infirmières. Les deux sit-in qu’elles ont organisés récemment sont l’indice d’un ras-le-bol. Je ne peux pas comprendre qu’à l’aube de 2020, nous en soyons encore rendus là. Leur cri du coeur doit être entendu. Décideurs de tous les niveaux, la grogne a assez duré : agissez maintenant ! 

Paul Peterson, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Arrivée imminente des produits comestibles du cannabis : envisagez-vous les essayer ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.