À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Tragi-comédie en devenir?

Avec l’élection de Volodymyr Zelensky en Ukraine, est-ce le début d’une tragi-comédie? 

Demandez aux Haïtiens ce qu’ils ont retenu de leur propre artiste-président?

René Thibault, Ottawa

Dire sa vérité...

Sur le sujet de Jody Wilson-Raybould, dire sa vérité, ce n’est pas dire la vérité.  Dire sa vérité, c’est exprimer sa subjectivité, sa partialité sur un sujet quelconque. 

Dire la vérité, c’est rechercher l’objectivité raisonnable dans l’étude des faits et l’impartialité justifiable dans la prise de décision. 

On s’attend à ce que ceux qui sont appelés à veiller à la justice dans notre société le fasse avec objectivité et impartialité.

Enregistrer à l’insu d’un des participants les conversations téléphoniques est quelque chose de non seulement inapproprié, mais clairement mesquin, immoral et probablement illégal. 

C’est faire preuve de manque de transparence et de bonne foi dans ses relations avec les gens avec qui on prétend œuvrer pour assurer que justice soit faite. 

Il est tout à fait inacceptable qu’un procureur général, ou une procureure générale, agisse de la sorte sans miner sa crédibilité et la confiance du public en la fonction qu’il occupe.

Alton Legault, Orléans

Pas une messe, un Office

Dans le bas de vignette de la photo «Recueillement du Vendredi Saint» (Le Droit, 20 avril), il y a une erreur. 

Premièrement, il n’y pas de messe le Vendredi Saint, on l’appelle Office. 

Cet office est célébré à 15  h, heure de la mort du Christ, à la fin de laquelle on distribue la communion. 

Le même soir est réservé au Chemin de la Croix dans nos églises catholiques depuis que l’on célèbre les Fêtes pascales. L’inexactitude de la description d’événements religieux est inexcusable.

Rachel Gélinas, Ottawa

***

La question du jour :

Relocaliser des quartiers à cause des menaces d’inondation : qu’en pensez-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com