À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Journée de deuil

Ma première réaction ? Choc ! Refus de croire ! Découragement ! Et pourtant, rien de surprenant : avec Doug Ford, et les conservateurs en général, il fallait s’attendre à tout. Mais... même à ça ? Ford vient de dépasser toute attente, dans le sens négatif du terme. 

Ma deuxième ? Il faut se battre pour nos droits !

Denise De Montigny, via Internet

***

La bière avant !

Pour économiser, le gouvernement Ford trouve plus important de réduire le prix de la bière que de sauvegarder l’université française ! Où donc est Caroline Mulroney, la ministre des Affaires francophones ?

Richard Prégent, Ottawa 

***

Vrai ou du bidon ?

Caroline Mulroney doit démissionner illico si sa fidélité au français est véridique et non du bidon. Lancer une pétition pour la forcer à afficher ses vraies couleurs ?

René Thibault, Ottawa

***

Je crains la suite

Un coup de stylo, pouf c’est la disparition du Commissariat aux services en français, des projets importants des Franco-ontariens, disparaissent. Je crains la suite. 

Nicole C. Beauchamp, Ottawa

***

Mobilisateur

La guerre que déclare Doug Ford est scandaleuse. Mais ces attaques seront finalement bénéfiques. La tentative de Mike Harris de fermer Montfort avait fait naître un souffle nouveau. Ces nouvelles attaques devraient transformer ce souffle en une tempête. La francophonie ontarienne est loin d’être moribonde. 

Roland Madou, Ottawa

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Quelles formes de protestation et de résistance favorisez-vous dans le dossier de l’Université de l’Ontario français et du Commissaire aux services en français ?

Le drapeau franco-ontarien

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.