À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La vie dure des vieilles idées

Les réticences à voir la Ville de Gatineau utiliser l’argent des contribuables pour entretenir certaines pistes cyclables l’hiver démontre à quel point les innovations et les nouvelles façons de penser et de se déplacer ont la vie dure face aux irréductibles de l’automobile qui règnent en rois et maîtres sur les routes et qui refusent de les partager. Pour avancer le débat, j’aimerais bien qu’on chiffre le coût pour déneiger 1 km de piste cyclable pendant un hiver, et combien de kilomètres Gatineau souhaiterait déneiger. 

Pierre Larabie, Gatineau


L’injustice française

Lorsque Hassan Diab a été arrêté à Ottawa et assigné à résidence, il ne comprenait rien à ce qui lui arrivait. Des sympathisants comme moi nous disions qu’il devait y avoir erreur sur la personne. Il a fallu se cotiser pour l’aider à assumer les frais d’un bracelet électronique (près de 2000 $ par mois), que la GRC l’obligeait à porter. Il avait perdu son emploi à l’université et des avocats bénévoles ont tenté de le défendre. 

Nous avons vite compris qu’il s’agissait là d’un procès politique. Il fallait trouver un coupable pour l’attentat contre une synagogue à Paris... en 1980. Extradé, Diab a passé ainsi plus de trois dans les prisons françaises, sans procès, jusqu’à ce que la justice de ce grand pays des droits de l’Homme reconnaisse enfin que les preuves (secrètes) qu’elle détenait étaient, sinon factices, en tout cas insuffisantes. Hassan Diab ne demande pas réparation, ce qui serait son droit. Cela dit, ce n’est pas à l’honneur du gouvernement canadien d’alors, ni surtout de la « justice » française.

Gilbert Troutet, Gatineau


Merci à l’hôpital de Hull !

Après un séjour prolongé à l’hôpital de Hull, j’ai constaté le travail assidu auprès des malades.

Je tiens à remercier le personnel du 7e ouest pour son dévouement. Les soins étaient prodigués avec respect et efficacité. La nourriture était chaude et variée. Merci pour tout, ainsi que les encouragements qui m’ont permis d’être sur la voie de la guérison.

Henri Prud’homme, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Dans votre quête de soins de santé, êtes-vous un «mouton docile» comme notre chroniqueur Patrick Duquette ou... ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.