À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le cache-t-on ?

Il y a maintenant 10 jours qu’un cycliste, un Blanc, était la victime d’un délit de fuite impliquant un Autochtone. Les associations autochtones sont demeurées très silencieuses depuis  cet accident. Le seraient-elles si, à l’inverse, un Blanc avait commis un délit de fuite après avoir heurté mortellement un Autochtone? J’en doute.

Dans le pire des scénarios, quelqu’un cache cet Autochtone pour éviter qu’il ne doive faire face à la justice «biaisée» de l’Homme blanc. J’espère que je trompe complètement.

René Thibault, Ottawa

Le mieux faire de la CAQ

La position de la Coalition avenir Québec s’inscrit dans le « mieux faire » quant à l’environnement. C’est positif et surtout dans la bonne direction.

Yves Villemure, Gatineau

Un pont sous-utilisé

Bien qu’un grand nombre de gens rêve d’un autre pont pour traverser la rivière des Outaouais, le pont Prince-de-Galles qui est inutilisé, le restera à cause d’un manque de planification et de communication entre Ottawa et Gatineau. C’est pour le moins que l’on puisse dire très décevant et démontre un manque clair de leadership.

Richard Ferland, via Internet

Servir et protéger?

En lisant le journal un midi de la semaine dernière, je vois un avis de recherche pour un agresseur sexuel dont on publie la photo. Au même moment, un homme qui lui ressemble beaucoup se trouve juste de l’autre côté de la rue de l’endroit où je dîne. Je prends discrètement sa photo et appelle la police d’Ottawa, à qui je fais part de mon observation. J’indique que j’ai une photo que je peux envoyer aux policiers, pour valider s’il s’agit bien du même individu. L’agente me dit qu’elle transmettra l’information aux patrouilleurs. Trois minutes plus tard, quatre policiers quittent un restaurant dans le même édifice où je suis. Aucun ne m’a contacté, ni demandé à voir la photo. 

La police d’Ottawa dit compter sur la collaboration des citoyens pour faire échec à la criminalité. Encore faudrait-il qu’elle prenne plus au sérieux l’appel d’un citoyen. L’agresseur sexuel, lui, court toujours. 

Jean-Marc Dufresne, Gatineau

***

La question du jour :

Deux ans de prison pour Michel Cadotte, reconnu coupable du meurtre de sa femme, atteinte d’Alzheimer : qu’en pensez-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com