À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Elles ont assez reçu ?

Comment peut-on justifier que les Premières Nations ont « reçu assez», comme le fait le correspondant Jean-Luc Yelle («Nous leur donnons assez», Le Droit, 7 juin) ? Grand nombre de ce peuple vivent sans eau courante, sans toilettes intérieures et sans  électricité ! S’efforcer à faire disparaître un peuple avec l’assimilation, la torture et enfin l’indifférence est un ethnocide se rapprochant de près d’un génocide. Comparer leur sort au « génocide culturel « qu’ont connu les catholiques du Québec est une insulte et un affront des plus méprisable. La preuve: les Blancs leur en veulent encore d’avoir survécu à cet enfer.

Andrée Villeneuve, Gatineau

***

Et il s’offusque !

Le correspondant Luc Robert clame dans «Queue de poisson» (Le Droit, 5 juin) : «On s’attarde beaucoup plus sur les autochtones que sur le reste de la population, et ce depuis un bon moment» avant de critiquer les sommes investies dans l’Enquête sur les femmes disparues et assassinées. Les communautés autochtones ont subi ces pertes et l’indifférence qui ont permis à des crimes atroces de se poursuivre. Et les pensionnats. Encore aujourd’hui, les sommes investies en éducation sont moindres que pour le reste de la population, l’accès à l’eau potable n’est pas assuré et le logement est insuffisant. Et des gens comme lui trouvent moyen d’être offusqués que l’on nomme les choses par leur nom pour les comprendre, guérir et prévenir.

René Coignaud, Gatineau

***

Un homme de principe

La rencontre récente du premier ministre Justin Trudeau avec le vice-président des États-Unis, Mike Pence, pour discuter affaires et économie semble avoir été un succès, sauf que M. Trudeau ne s’est pas contenté de cette simple mission. À brûle-pourpoint, dans son zèle intempestif pour la cause des femmes pro-choix en avortement, il a osé affronter M. Pence. En véritable homme de principe, M. Pence s’est déclaré pro-vie avec beaucoup de conviction. Quel grand homme ! Merci de votre beau témoignage de foi ! Réveillons-nous Canadiens et choisissons des leaders qui se tiennent debout et qui vivent à fond leur baptême !

Claudette L. Dupont, Ottawa

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Fiesta autour du Grand Prix de la Formule Un à Montréal : l’enjeu en vaut-il la peine ?

Le pilote canadien Lance Stroll

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.