À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

À prendre au sérieux

Phyllis Lambert est une sommité internationale en architecture et en urbanisme. Son opinion doit être prise au sérieux. Le seul fait qu’elle se prononce sur la question des tours Brigil en démontre l’importance primordiale pour l’avenir urbain de Gatineau. Espérons que le conseil de la Ville de Gatineau saura profiter de l’expérience et de la réflexion de Mme Lambert pour prendre une décision respectueuse des valeurs patrimoniales et des solutions urbaines qu’elle défend.

Henriette Levasseur, Gatineau


Faire revivre le quartier du Musée

De quel droit va-t-on se faire dire quoi faire par une personne qui n’habite même pas Gatineau ? Phyllis Lambert vante et fait la promotion du Musée de l’histoire comme un chef-d’œuvre de l’achitecture mais, ne dit pas que ce dernier ne s’agence tout simplement pas avec le quartier du Musée. Plusieurs architectes et constructeurs de Gatineau sont aussi intelligents, et même sans une quantité de diplômes, ont leur mot à dire car eux habitent Gatineau. Si le Musée de l’histoire s’intègre bien dans le quartier du Musée, je ne vois pas pourquoi les tours de Brigil pourraient ne pas être positives pour ce secteur qui ne demande qu’à revivre. Des maisons centenaires, il y en a dans la plupart des municipalités et ce n’est pas ce qui attire les touristes, contrairement aux tours de 35 et 55 étages. 

Luc Robert, Gatineau


Une collecte par mois pour les encombrants

Plus de 3 000 personnes font la queue à Québec devant la réouverture du gros IKEA. Jamais vous ne verrez un tel magasin ouvrir à Gatineau, car imaginez tous les encombrants que cela donnera. J’ai un sommier qui traîne devant chez moi et aucun moyen de m’en débarrasser. J’attends juste l’inspecteur de la propreté de ma ville pour me faire dire quoi au juste! Ramasser les encombrants une fois par mois me semble un bon compromis pour moi et tous les commerçants de ma ville. Encore un bel exemple de règlements abusifs. Comme l’intelligence ne rime pas toujours avec un bon jugement.

Benoît Beaulne, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous de la chaude lutte qui se dessine dans la circonscription de Chapleau ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.