À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une vidéo controversée

Il était nécessaire de retirer cette vidéo controversée. 

De fait, elle n’aurait jamais dû y être. 

À titre de chef d’établissement de l’UQO, j’assume la responsabilité de ce qui s’est produit et je m’excuse pour le malaise créé autant parmi les membres de la communauté de l’UQO que parmi les citoyens. 

Le projet E3 sera temporairement retiré et révisé sous ma supervision.

Toutefois, je trouve réducteur comme le fait Patrick Duquette dans sa chronique « Vidéo sexiste : au-delà des apparences » de concentrer les récents efforts de l’UQO à ce seul événement.

Sans faire de bruit, plusieurs projets progressent. 

Une dizaine de programmes d’enseignement sont en cours de réalisation avec un échéancier précis, sans compter nos projets sur l’internationalisation, l’enseignement à distance, le développement durable, la réussite étudiante et bien d’autres encore. 

Notre projet de campus unifié avance selon le plan établi. 

Ces différents travaux impliquent les principaux acteurs que sont les étudiantes et les étudiants, les professeurs et les personnes chargées de cours en plus bien sûr des dirigeants de l’UQO.

C’est dorénavant cette voie menant à la coopération qui intéresse les acteurs de l’UQO.

J’espère que l’épisode de la vidéo n’est, hélas, qu’un malheureux faux pas dans ce parcours récent.

Denis Harrisson, recteur de l’UQO

***

La paille et la poutre

N’en déplaise aux Jean-François LeBlanc de ce monde « L’application de la Charte fait grincer des dents à Gatineau », « ...une compagnie qui recrute un expert en cybersécurité de Toronto pour protéger ses serveurs, on ne peut pas lui demander de travailler sur des outils informatiques francisés... » 

Absolument que l’on peut, si elle veut bénéficier des fonds publics au Québec !

Son autre bourde : « Il faut éviter de perdre des entrepreneurs en raison de contraintes ou d’application trop rigide de la loi. » 

Est-il en train de nous dire qu’il n’y a pas d’experts en cybersécurité francophones ? 

J’appuie tout à fait le maire de Gatineau dans sa position : plus que jamais, il ne faut pas être complaisant avec la langue de travail ici. 

Quant à un statut particulier pour la région à cet égard, jamais ! 

Certaines élites d’affaires de l’Outaouais ont déjà trop de complaisance pour attirer des acheteurs de maison et des travailleurs qui ignoreront ensuite les impératifs de vie ensemble harmonieuse au Québec.

André Dorion, Gatineau

+
LA QUESTION DU JOUR

L’ex-ministre de la Santé sous Pauline Marois, le Dr Réjean Hébert, songe se présenter pour les libéraux fédéraux : évolution ou traîtrise ? 

L'ancien ministre de la Santé sous Pauline Marois, le Docteur Réjean Hébert, songe se présenter pour les libéraux fédéraux.

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.