À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Besoin de culture dans votre vie?

Le médecin prescrit un minimum de culture afin de conserver toute sa tête. Alors il faut crier haut et fort: « J’ai soif de culture!»

Le wake-up to the smell of coffee ou réveillez-vous à l’arôme du café, ici, sera sans lait. D’après notre ministère de la Culture et des Communications, son investissement en culture est 1,79$ par habitant en Outaouais. Loin devant nous, en avant-dernière place, se trouve la Côte-Nord avec ses 11$.

Au tableau des statistiques, la moyenne du Québec se situe à 28,95$. Bon dernier avec 1,79$, on récolte moins d’une pinte de lait par habitant. Parmi les régions intermédiaires ayant une population comparable, l’Estrie, le Saguenay et la Mauricie s’en tirent avec une moyenne de 15 $ et ça se traduit – pour le seul volet musées, archives, patrimoine – à plus de 4 000 000$ comparativement à 600 000$ en Outaouais. On ne peut pas dire que la culture est la vache à lait de la région de l’Outaouais.

A. Pampalon

Un réveil brutal

La polémique, si polémique il y a autour de la collecte des déchets, devrait nous sonner une petite cloche comme citoyens. Celle d’un réveil!

La problématique est de taille et bien réelle. Elle ne réside pas dans la collecte, mais dans notre surconsommation maladive. Cette surconsommation est de plus en plus présente et ne semble avoir aucun frein. D’ailleurs, le jour de dépassement de la Terre est de plus en plus rapproché. Ce jour est significatif, puisqu’il représente la journée où l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que notre planète est capable de régénérer en un an. En 1985, la journée était le 6 novembre. En 2018, elle était le 1er août.

On doit mieux consommer, mieux composter, mieux recycler et penser notre recyclage de façon intégrée. Mieux consommer égal moins d’encombrants. La politique de la Ville est imparfaite, mais elle n’est un début. On doit en discuter, en gardant en tête la logique dernière elle, celle d’une meilleure qualité de vie.

Étienne Boulrice, Gatineau

------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Pensez-vous qu'Ottawa mérite encore sa réputation de ville terne et ennuyante ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com