À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le cellulaire aux pédagogues

Le cellulaire dans la classe ? « L’encadrement est préférable à l’interdiction, ça doit venir des enseignants et des conseils scolaires eux-mêmes. » Parole sage de Rémi Sabourin, président de l’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens. Un cellulaire est aussi un dictionnaire. Que le gouvernement ontarien laisse le cellulaire aux pédagogues. Va-t-il bientôt interdire la truelle aux archéologues ?

Pascal Barrette, Ottawa

***

Bonne décision sur le cellulaire

Il était temps que quelqu’un se réveille (Le cellulaire banni des écoles de l’Ontario, Le Droit. 13 mars 2019). Les jeunes vont peut-être apprendre mieux, au lieu de passer la journée à texter et écrire des niaiseries à leurs amis d’à côté.

Tom Muldoon, Ottawa

***

Un monde meilleur

Merci d’avoir publié l’article de Jérôme Gagnon (« Excusez-moi, mais est-ce que ça va ? », Le Droit, 15 mars).

Un article très pertinent : un clignotant rouge à un carrefour dangereux. Il nous rappelle l’importance du respect et de la tolérance. Sans ces irremplaçables clés, les portes du bonheur et de la paix ne s’ouvrent pas. Sans l’empathie et l’acceptation fondamentale des différences, ça ne va pas.

Jérôme, comme père de famille, et comme la majorité d’entre nous pense sûrement à bâtir un monde sympathique et accueillant pour les enfants qui y grandissent. On veut tous vivre dans l’harmonie, la sérénité, la sécurité et la liberté. Pour cela, il ne faut jamais oublier que la liberté de chacun s’arrête là où celle de l’autre commence. Ne jamais oublier de se comporter envers les autres comme on veut qu’ils se comportent envers nous. Nos gestes et nos mots ont le pouvoir de détruire, mais ils ont aussi celui de construire. Alors à nos marques, allons-y pour la construction !

Colette St-Denis, Ottawa

+

LA QUESTION DU JOUR

Le pont Alexandra sera démoli d'ici 5 à 10 ans.

Selon vous, quel impact aura la démolition du pont Alexandra?