À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Ça n’a pas de bon sens ?

Si ça n’a pas de bon sens aux yeux des députés Maryse Gaudreault et André Fortin, peut-être qu’il est grand temps d’agir. Ils ont été au pouvoir pendant des années et rien n’a été accompli. 

Ce n’est pas les libéraux qui ont si bien viré la santé à l’envers? 

Ils parlent fort mais les actions ne suivent pas les mots. 

Yvon Guillemette, Gatineau


Le respect des piétons

On parle du respect des automobilistes à l’égard des cyclistes en raison de certains événements malheureux, mais l’on parle trop peu de la sécurité des piétons. 

Je suis sidéré par la quantité phénoménale d’automobilistes qui violent impunément les règles les plus élémentaires du civisme et mettent en danger la vie des piétons. 

Ça tient aussi pour les cyclistes qui zigzaguent sur les trottoirs où ils n’ont pourtant pas d’affaire.

Plusieurs semaines après l’entrée en vigueur du nouveau Code de la sécurité routière au Québec, se promener à pied à Gatineau relève toujours de l’exploit. Pourtant, aux lignes jaunes, les piétons ont (en principe) une priorité absolue sur les voitures et les cyclistes. C’est hallucinant ! Respectez les piétons ! 

Simon Forgues, Gatineau


Aucun rapport !

Un délit de fuite, surtout lorsqu’il provoque des blessures graves ou mortelles, est un crime odieux. Dans sa lettre «Le cache-t-on ?» (Le Droit, 29 mai), le correspondant René Thibault s’insurge que l’on n’ait pas suffisamment insisté sur l’ethnicité du fautif et que les organismes membres de ce groupe ethnique ne soient pas intervenus pour condamner le geste.

Il devrait être évident que les gens qui partagent  l’origine ethnique d’un individu n’en partagent pas les crimes individuels. Ça ne me passerait jamais à l’esprit de m’excuser lorsqu’un francophone ou un Blanc commet un délit de fuite, simplement parce que ça n’a aucun rapport avec le crime commis. 

René Coignaud, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Enquête sur les femmes autochtones assassinées ou disparues : que pensez-vous de l’usage du mot «génocide» ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.