À vous la parole

OPINION / Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La succession de Scheer

J’ai un parti pris pour Bernard Lord. Par le passé j’ai haï son gouvernement, mais maintenant qu’il a un meilleur curriculum vitae, je le vois à la chefferie du Parti conservateur du Canada ! C’est un homme transformé dans le dossier de la privatisation des soins de santé et à l’association des compagnies de cellulaires. Lord n’est plus le jeune premier ministre imbu de lui-même de 1999. Lord a eu de la difficulté dans sa première année à définir un projet de société aux Néo-Brunswickois. Puis il y a eu la crise de l’assurance-automobile qui n’a rien aidé. Lord était caricaturé avec des poches sous les yeux, symbole de sa difficulté à s’adapter à ses fonctions de premier ministre. 

À 54 ans, Bernard Lord est le politicien le plus apte à battre les libéraux, un red tory bilingue de centre droit.

Serge Landry, Gatineau


Une loi honteuse

Les arbres de Noël, ne sont-ils pas une expression publique de religion ? Et alors, cette loi de la laïcité ? Une loi idiote et honteuse !

Je suis pour les expressions de toutes sortes, du moment qu’elles soient pour la paix et qu’elles ne blessent personne. Je ne vis plus au Québec, mais toute ma famille y est, alors cela me touche énormément !

Mireille Delisle, Pembroke


Actionnaires, agissez !

Le peu de partisans qui payent encore pour aller voir les Olympiques ces temps-ci sont des vrais. Si le ridicule ne tue pas, pourquoi ne pas remplacer le logo sur les chandails par la photo d’Alain Sear ? 

Pourquoi avoir tassé cet éminent bâtisseur qu’était Charles Henry, au flair indéniable ? Pourquoi M. Patenaude est-il reparti si vite après avoir été embauché ? S’il n’y a pas d’homme de hockey compétent aux opérations, est-ce juste pour sauver un salaire ? Vous vous devez d’y voir avant le repêchage, car les Olympiques n’ont plus droit à l’erreur. En tant que fans payants, on a le droit de savoir. À moins que l’ego de certains soit plus grand que l’histoire des Olympiques !

Assez c’est assez ! Actionnaires, agissez !

Yves Gosselin, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

La crise qui secoue les Olympiques de Gatineau provoque de la grogne : souhaitez-vous le départ d’Alain Sear, ou qu’il soit maintenu en poste ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.